Articles

Le - Ariège. Perpétuité pour le chauffard qui avait tué un gendarme lors d’un contrôle routier

Ariège. Perpétuité pour le chauffard qui avait tué un gendarme lors d’un contrôle routier

Il avait percuté et tué un gendarme à Tarascon-sur-Ariège. Jugé devant les assises de Foix (Ariège), Loïc Gékière a été condamné à la prison à la perpétuité vendredi 10 mai 2019.

Vendredi 10 mai 2019, le chauffard qui avait tué un gendarme en novembre 2016 a été condamné à la prison à perpétuité par la cour d'assises de Foix (Ariège).
Vendredi 10 mai 2019, le chauffard qui avait tué un gendarme en novembre 2016 a été condamné à la prison à perpétuité par la cour d’assises de Foix (Ariège). (©Capture d’écran / Google Maps)

Les faits remontent à novembre 2016. Percuté par un automobiliste, le major Christian Rusig, un gendarme âgé de 55 ans, avait trouvé la mort lors d’un contrôle routier entre Tarascon-sur-Ariège et Ussat-les-Bains (Ariège).

Condamné à la prison à perpétuité 

Jugé depuis le début de semaine devant la cour d’assises de Foix (Ariège), Loïc Gékière, 33 ans, a été condamné, vendredi 10 mai 2019 à la prison à perpétuité, avec une peine de sûreté de vingt ans, 10 ans de privation de ses droits civiques, assortie d’une obligation de suivi psychologique de 20 ans, rapporte France 3 Occitanie. Les jurés ont ainsi suivi les réquisitions du procureur de la République. 

Des excuses lors du dernier jour de l’audience

Nos confrères précisent que le chauffard n’avait jamais exprimé de remords jusqu’à vendredi matin, où il a présenté ses excuses à la famille du gendarme, indiquant qu’il n’avait pas voulu tuer le major Christian Rusig. Mais ce revirement n’a pas fait évolué la décision des jurés, persuadés que le jeune homme avait eu l’intention d’attenter à la vie du gendarme.

27 condamnations

Car au moment des faits, Loïc Gékière, qui avait déjà un lourd passé judiciaire (27 condamnations), était interdit de séjour en Ariège et se savait recherché par les forces de l’ordre. Il avait pourtant délibérément foncé sur les gendarmes et avait percuté le major, qui était tombé à terre. Grièvement blessé, il avait été héliporté vers l’hôpital de Purpan, à Toulouse, où il était décédé des suites de ses blessures, quelques heures plus tard.

La compagne du chauffard, passagère du véhicule le soir du drame, était poursuivie pour complicité de conduite sans permis. Elle a été acquittée.

Partagez cet article !