Articles

Le - Auch. Les gendarmes formés pour aider les femmes violentées

Auch. Les gendarmes formés pour aider les femmes violentées

 

Ces gendarmes sont venus au CIDF, hier, pour se former et mieux prendre en compte la parole des femmes victimes de violence./Photo DDM, N. D.

400 Gersoises ont sollicité le centre d’information sur les droits des femmes en 2011. C’est pour mieux les aider que 14 gendarmes ont suivi une formation au CIDF, hier.

Ce qui frappe en premier les gendarmes mutés dans le Gers, au-delà de la multiplicité des problèmes liés à l’alcool, c’est l’importance des violences intrafamiliales dans le département. C’est la raison pour laquelle le Groupement de gendarmerie du Gers a mis en place un référent sur le sujet dans toutes les brigades locales. Hier, quatorze (essentiellement des gendarmes féminins, tiens donc !) ont suivi une formation au centre d’information sur les droits des femmes, à la maison des associations, chemin de Baron à Auch.

À la baguette, deux femmes évidemment, Émilie Bégué, une juriste, et Véronique Dousseau, la psychologue du CIDF. Pour elles, l’accueil des femmes victimes de violences est un lot quotidien, malheureusement.

En 2011, elles ont mené 761 entretiens au CIDF à Auch. 601 avaient pour thème central des questions d’ordre juridique. Ils ont permis d’aider 375 requérantes. Et 160 ont permis d’apporter un soutien psychologique à 26 femmes victimes qui en avaient plus particulièrement besoin.

Bien souvent, la situation de ces femmes est découverte par les gendarmes au hasard d’un appel à l’aide. Un coup plus fort que les autres, et voilà l’auteur des faits contraint d’appeler les secours ! Le gendarme référent sur le sujet transmet systématiquement les cas à l’intervenante sociale de la gendarmerie… qui propose une médiation familiale, des entretiens, et de l’information juridique.

«À travers ce suivi, la formation continue des référents au sein de nos brigades, et le lien avec des associations comme le CIDF, l’objectif est de mettre en place une chaîne pour libérer la parole», explique le capitaine Laurent Duyck, qui est chargé de la communication au sein du Groupement. Une chaîne pour casser une autre chaîne, qu’elle ait pour nom la honte ou le désespoir. Celle qui empêche trop souvent les victimes de réagir.

Contact CIDF : 05 62 63 40 75.


Allô le centre de médiation familiale, y’a un souci

Régler ses problèmes de couples ou les histoires de famille, une chose bien difficile mais qui doit être arrangé avant d’en arriver aux coups. Depuis 2009, le centre de médiation familial s’est implanté sur le Gers. Il a ouvert ses portes jeudi, afin de faire découvrir son activité de médiation. Mais qu’est ce qui se cache derrière ce terme ? «Nous accueillons les personnes qui rencontrent des problèmes familiaux, dont 70 % sont des couples qui se séparent», décrit Thierry Autefage, salarié. Les 30 % restants sont impliqués dans des conflits inter-générationnels ou de fratrie (succession, placement en maison de retraite…). «Nous leur permettons de gérer cette étape de manière pacifique.» Avec des compétences de psychologues, sociologue et juristes, le médiateur cherche les éléments pour qu’ils prennent «la bonne décision». Après un premier rendez-vous dans leurs locaux, les médiateurs se déplacent chez les personnes. Que ce soit pour préparer un procès ou établir des procédures de divorce, Thierry et Danielle sont souvent une alternative aux procédures de justice. «Ce n’est jamais facile de régler cela en interne», expliquent-ils. Des avocats font d’ailleurs souvent appel à eux, mais ce sont principalement des demandes spontanées. Labellisé par la CAF, le CMF du Gers, installé 4, rue Leconte-de-L’Isle à Auch, est ouvert tous les jours, sauf le samedi, de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30. Il est accessible sur rendez-vous. Le premier entretien d’information est gratuit. Le coût des séances est fixé par un barème national en fonction des ressources des personnes. Les médiateurs, diplômés d’État, vous accueillent dans un cadre neutre, en toute confidentialité.

Tél. 05 62 60 26 97 ; www. CMFG. fr et contact@cmfg.fr


Le chiffre : 173

procédures en 2011 > Pour violence intrafamiliale. Il y en a aussi eu 111 depuis le début de l’année. Cette infraction rentre dans le cadre des atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes. La majorité des faits constatés dans ce type d’affaire dans le Gers sont des coups et blessures volontaires qui se passent dans la sphère conjugale : 61 % en 2011, 68 % pour 2012.

761 entretiens > Au CIDF à Auch en 2011. 601 avaient pour thème des questions d’ordre juridique et 160 avaient pour but d’apporter un soutien psychologique à une victime.

Source : www.ladepeche.fr  LE 01/12/2012.

Partagez cet article !