Articles

Le - Crue de la Seine dans les Yvelines : en patrouille avec les gendarmes de la brigade fluviale

Crue de la Seine dans les Yvelines : en

patrouille avec les gendarmes de la brigade

fluviale

>Île-de-France & Oise>Yvelines|Yves Fossey|30 janvier 2018, 19h50|MAJ : 31 janvier 2018, 19h43|

Andrésy, ce mardi. Les gendarmes de la brigade fluviale de Conflans vont à la rencontre des habitants victimes de la crue de la Seine. LP/Yves Fossey 

Ce mardi, les militaires qui sillonnent la Seine à bord de leur zodiac ont patrouillé dans le secteur de l’île d’Andrésy.

« Bonjour, tout va bien ? Vous avez besoin de quelque chose ? », demande l’un des gendarmes de la brigade fluviale de Conflans-Sainte-Honorine à une habitante de l’île Nancy, à Andrésy, dont la maison est inondée. « Non, pas de problème nous avons encore de l’électricité, ne cherchez pas ma voisine, elle s’est réfugiée chez moi », répond l’îlienne.

Crue de la Seine : patrouille avec la brigade fluviale dans les Yvelines

Ce mardi, les militaires qui sillonnent la Seine à bord de leur zodiac depuis le début de la crue pour aller à la rencontre des victimes bloquées à leur domicile à la suite de la montée des eaux, ont patrouillé dans le secteur de l’île d’Andrésy. « Notre but est d’établir un contact, ainsi les gens se sentent moins isolés, explique le commandant Eric Lafontaine. Nous faisons aussi remonter les informations aux mairies et à la préfecture ».

-

Les gendarmes vont même frapper aux portes des victimes. LP/Y.F.

« C’est rassurant de voir les gendarmes, leur présence a un effet dissuasif, insiste un habitant. Lundi, des individus suspects ont été aperçus à proximité des maisons ». Car la mission des militaires est également d’assurer la sécurisation des personnes et des biens. Ils n’hésitent pas à accoster pour frapper aux portes afin d’obtenir des renseignements. « Avez-vous entendu quelqu’un appeler au secours durant la nuit de lundi à mardi dans le secteur, demande le major Eric Duquesnois, le commandant de l’unité. Nous avons été alertés mais pour l’instant nous n’avons aucun élément pour confirmer cette information et aucune disparition n’a été signalée ».

-

Les gendarmes sillonnent la Seine de Conflans à Bonnières à bord d’un zodiac. LP/Y.F.

Les gendarmes surveillent également les embarcations des mariniers. « Certains habitants qui vivent sur des péniches ne savaient même pas qu’il faut détendre les cordages d’amarrage en cas de crue », précise, stupéfait, un militaire. Ils interviennent le long des berges là où des habitations sont inondées mais surtout autour des îles de Poissy, Villennes, Andrésy, Vaux et Juziers. Ils sont épaulés par un hélicoptère qui survole les zones concernées. « D’une manière générale, les îliens sont préparés à ce genre de phénomène, ils ont une barque pour se déplacer et s’ils ont de la nourriture et de l’électricité, ils restent chez eux », explique le commandant Eric Lafontaine.

-

La crue touche essentiellement les maisons construites sur les îles. LP/Y.F.

Au total, vingt militaires de la gendarmerie des voies fluviales sont mobilisés pour assurer des patrouilles sur la Seine entre Conflans et Bonnières-sur-Seine, soit environ 70 km de fleuve. Ils sont épaulés par un hélicoptère qui survole les zones concernées. « Nous faisons surtout un travail de prévention, souligne le commandant de l’unité. Nous vérifions si les gens ont besoin d’aide et on les sensibilise sur l’éventuelle présence de rôdeurs. Nous leur rappelons également les consignes de sécurité notamment d’avoir les numéros de secours et son portable chargé ».

Sourcewww.leparisien.fr

Partagez cet article !