Articles

Le - Des experts des violences familiales dans l’Aisne

Des experts des violences familiales dans l’Aisne

   MIS EN LIGNE LE 3/12/2019 À 16:52 

YVES KLEINLAON (AISNE)

Les gendarmes référents en matière de violences intra familiales améliorent leur méthode de travail.

Dans le département, 41 gendarmes dont les tâches sont multiples, ont acquis des savoirs qui font d’eux des spécialistes des violences intra familiales.

Dans le département, 41 gendarmes dont les tâches sont multiples, ont acquis des savoirs qui font d’eux des spécialistes des violences intra familiales.

Insultes, humiliations, coups, privations, exploitation sexuelle, confiscation de papiers : la détection, la prise en charge et la prévention des violences intra familiales dont les femmes, pour l’essentiel, sont les victimes nécessitent des compétences particulières.

Dans le département,41 gendarmes dont les tâches sont pourtant multiples, ont acquis une sensibilité et des savoirs qui font d’eux des spécialistes de ce domaine. « Des experts », préfère dire le commandant du groupement de gendarmerie, le lieutenant-colonel Métras. Aux côtés de partenaires associatifs et institutionnels, ces gendarmes référents, ont suivi ce mardi 3 décembre un séminaire, le douzième du genre, totalement dédié aux violences intra familiales.

La crainte de tous les gendarmes  : passer à côté de certaines situations

Au programme de cette journée d’études, plusieurs échanges autour de problématiques réglementaires, sociales et judiciaires. Un tour d’horizon capital pour les gendarmes référents. « Les violences dont nous parlons représentent 10 à 20 % de nos interventions sachant que nous constatons 5 à 10 de ces faits de violences chaque jour dans le département. Le plus souvent sur fond d’alcoolisation », témoigne le lieutenant-colonel. Il poursuit : « Dans ce domaine nos éléments sont très souvent les premiers à traiter les signalements et les plaintes. C’est important de bien recueillir les informations qui nous sont transmises afin ensuite d’accompagner convenablement les victimes et de les orienter correctement ».

Chez les gendarmes, « afin de ne pas passer à côté de certaines situations », des innovations sont mises en place. La diffusion d’un support matériel, sorte de mémento qui recense tout ce qu’un gendarme doit savoir dans ce domaine est accueillie avec satisfaction. Comme l’animation dès 2020 du réseau des 41 référents par les cinq gendarmes experts de la brigade de prévention de la délinquance juvénile. Les référents gagnent en expertise. Au final, le réseau se professionnalise.

Source : abonne.lunion.fr

Partagez cet article !