Articles

Le - Gendarmé tué. Il conteste être responsable de l’accident

Gendarmé tué. Il conteste être responsable de l’accident

 Publié le 05 septembre 2019 à 21h07 Modifié le 06 septembre 2019 à 08h43 PATRICK CERTAIN

(Photo archives Le Télégramme)

Poursuivi devant le tribunal à Vannes pour avoir causé involontairement la mort d’un gendarme motard, à Saint-Gildas-de-Rhuys (56), le 8 mai 2018, un élu municipal a mené sa propre enquête pour prouver, avec son avocat, qu’il n’est pas responsable de cet accident.

Ce jeudi, dans un climat tendu, la salle d’audience du tribunal de Vannes est trop petite pour accueillir non seulement la famille et les collègues d’un gendarme motard de Theix (56), tué dans un accident routier, survenu le 8 mai 2018, à Saint-Gildas-de-Rhuys, mais aussi les soutiens du prévenu, un chef d’entreprise âgé de 51 ans, conseiller municipal à Surzur (56), à qui il est reproché d’avoir coupé la priorité au motocycliste. Car, voici plus d’un an, cet accident avait soulevé une vive émotion dans le pays de Vannes mais aussi des contradictions puisque l’automobiliste a toujours contesté sa responsabilité.

Ce jour-là en fin de matinée, le gendarme avait été missionné pour rapporter à ses collègues, opérant un contrôle à Saint-Gildas-de-Rhuys, le permis de conduire d’un conducteur qui avait été arrêté. En pleine ligne droite, ce motard a violemment percuté l’arrière d’une voiture qui tournait sur sa gauche pour entrer dans un chemin. Le gendarme a été tué sur le coup. Le passager de la voiture est le seul témoin direct à avoir assisté à l’accident, mais plusieurs automobilistes ayant vu le motard quelques minutes avant le choc, ont affirmé que « celui-ci roulait vite, sans gyrophare et sans sirène » alors que les collègues du défunt le décrivent comme « prudent et pas un fana de vitesse ».

Le motard à 180 km/h ?

L’enquête n’a relevé ni trace de freinage ni défaillance sur la voiture et la moto. Selon l’enquête, la voiture roulait à 23 km/h et la moto à 91 km/h. Mais un expert privé, mandaté par le prévenu, a déterminé que « le motard roulait à une vitesse entre 159 et 180 km/h. Pour moi, il y a quelque chose qui ne colle pas dans le rapport des gendarmes : rien n’indique qu’il fallait que la vitesse de la moto soit très élevée pour avoir ainsi détérioré la voiture beaucoup plus lourde ».

À la barre, le prévenu explique : « Quand j’ai tourné, je n’ai pas vu le motard. Mon véhicule était déjà engagé dans le chemin quand j’ai senti une masse sombre arriver rapidement dans mon dos sur la droite. Le choc a été terrible. Ma voiture a pivoté à 90 degrés. Je n’ai commis ni maladresse de conduite ni refus de priorité ». Son passager renchérit : « En face de nous, il y avait une visibilité de plus de 200 m en ligne droite, je n’ai vu personne arriver ». Pour la défense, Me Vincent Gicquel, qui plaide la relaxe, avance que « l’’automobiliste n’a pas commis d’imprudence en tournant car il n’a pas vu de motard face à lui. Celui-ci roulait déjà vite avant l’accident. Pourquoi il n’pas freiné en voyant la voiture ? »

« Une enquête exemplaire »

Pour les avocats de la famille du défunt, « le motard était visible, mais le conducteur a manqué d’attention car il cherchait son chemin sans regarder la route. Alors que cette pseudo-expertise accuse le motard d’être responsable de sa propre mort ». Selon le vice-procureur Alexis Mihman, « le prévenu a un comportement déplacé dans son déni, en se plaçant en victime, alors que le motard n’a pas fait de faute et que les gendarmes ont été exemplaires dans leur enquête. À 180 km/h, le corps aurait été projeté plus loin et ses dommages auraient été plus graves ».

Une peine de 18 mois de prison avec sursis et l’annulation du permis pendant un an ont été requises. Le jugement sera rendu le 19 septembre.

Source : www.letelegramme.fr

Partagez cet article !