Articles

Le - « Je n’ai pas signé à la gendarmerie pour me faire taper dessus sans raison »

« Je n’ai pas signé à la gendarmerie pour me faire taper dessus sans raison »

Ce vendredi, le tribunal correctionnel d’Arras a jugé et condamné un homme de 50 ans à de la prison ferme pour avoir commis des violences sur un passant à Saint-Pol-sur-Ternoise, avant d’insulter et de frapper deux gendarmes.

Par S. C. | Publié le 19/07/20192

Les gendarmes ont eu fort à faire avec Yvon Lamirand, lundi soir à Saint-Pol-sur-Ternoise.
Les gendarmes ont eu fort à faire avec Yvon Lamirand, lundi soir à Saint-Pol-sur-Ternoise. – VDNPQR

Yvon Lamirand n’avait pas fait parler de lui depuis un moment. Ancien toxicomane en proie à des soucis d’alcool, l’ancien pensionnaire du quartier Jean-Jaurès à Arras, aujourd’hui âgé de 50 ans, a replongé dans ses travers lundi, à Saint-Pol-sur-Ternoise. Sous Lexomil, il a consommé de l’alcool et s’en est pris gratuitement à un passant qu’il a poussé dans le dos et envoyé au sol, place Pompidou. La gendarmerie est avisée de la situation. Les militaires découvrent un homme ivre qui titube. Lors du trajet pour la polyclinique, il insulte une gendarme. Puis, à la gendarmerie, il tente plusieurs fois de frapper un gendarme, qui esquive.

« Il nous a provoqué du début à la fin, il était dans son monde ; alcoolisé, il est très dangereux », détaille la gendarme outragée. « Sans raison, il s’en est pris à ma collègue, on a dû se mettre à quatre dessus pour le maîtriser, livre le gendarme qui a évité les coups. Je n’ai pas signé à la gendarmerie pour me faire taper dessus sans raison par quelqu’un d’alcoolisé ».

Sans un mot d’excuse, le prévenu sombre dans des explications alambiquées n’ayant rien à voir avec les faits. « Une bombe à retardement », analyse le président d’audience. Un homme « antisocial » pour l’avocat des victimes, Me Le Gentil.

Jugement : un an de prison, dont six mois avec sursis et mise à l’épreuve de deux ans. Avec maintien en détention et obligation de suivre des soins psychologiques et d’addictologie.

Source : www.lavoixdunord.fr

Partagez cet article !