Articles

Le - L’AAMFG inaugure son bureau de Rennes (35) – Intervention Murielle NOEL.

Le 25 Janvier 2013 – Intervention de Murielle NOEL présidente de l’AAMFG à l’occasion de l’inauguration du bureau de RENNES – (L’AAMFG prend sa vitesse de croisière).

Bonjour à toutes et à tous, pour les personnes qui me connaissent, elles savent déjà qu’en tant que présidente, l’exercice auquel je vais me soumettre maintenant, à savoir prendre la parole devant vous, est l’exercice pour lequel j’ai le moins de prédispositions naturelles et que j’affectionne le moins.

Ceci étant dit, vous voudrez donc bien m’excuser, si le protocole n’est pas respecté à la lettre, je dirai seulement, pour reprendre une formule de clôture de préambule qui me convient parfaitement :

« mesdames et messieurs en vos grades et qualité, et, mes chers amis »

Avant toutes choses, merci de votre présence. Etre présidente d’association, je n’y étais pas prédisposée.

Etre présidente d’une association qui s’est donné la mission de venir en aide aux membres et familles d’une institution aussi prestigieuse que la gendarmerie nationale, encore moins.

C’est mon engagement naturel dans la vie associative qui a guidé mon chemin, et ce sont le hasard et les fortunes diverses qui m’ont amenées à ce poste.

Mais ne voyez en ces propos aucune amertume ni regret, bien au contraire, car en l’instant présent, je goute un moment de satisfaction intense et de fierté légitime.

Il y a quelques jours, j’ai pris la parole via notre site internet, et j’expliquais que L’AAMFG venait de prend sa vitesse de croisière…….

Je peux vous en résumer ici, en quelques mots, les propos tenus, cela pour vous éclairer au mieux sur ce moment de satisfaction intense et de fierté légitime que je ressens aujourd’hui :

Le 16 décembre 2012 je présentais le site internet rénové de l’AAMFG. Un site rénové qui permet à chacun d’être acteur de son destin …..

Le 7 janvier après avoir présenté mes vœux pour cette nouvelle année, j’avais le plaisir de vous informer que l’association, s’installait dans les nouveaux bureaux mis à sa disposition à Guéret pour la présidente ainsi que pour une secrétaire.

Forte de ces nouvelles dispositions, j’étais ravie de constater que l’AAMFG prenait sa vitesse de croisière.

En effet, en 2007, à l’occasion de notre assemblée générale, et de la mise en place d’un partenariat proposé par la direction générale de la gendarmerie nationale, le général MOTTIER avait prédit une explosion des dossiers qui seraient confiés à l’association.

Malheureusement, si j’ose dire, les prédictions du général MOTTIER se sont avérées exactes, l’association a connu une explosion de sollicitations, c’est dire si le malaise était profond.

Pour mémoire, et à titre de comparaison, en 2006 c’est 22 dossiers qui ont été traités par l’association. Nous étions fières et satisfaites, et il y avait de quoi, car à l’époque cela représentait beaucoup de travail et diplomatie.

Il y a eu le partenariat en 2007 avec la DGGN et en 2012 c’est 211 dossiers que nous avons traités soit une augmentation de 959 % Nous avons frôlé en 6 ans près de 1.000 % d’augmentation du nombre de dossiers.

La crainte du général MOTTIER était l’asphyxie ou l’explosion de l’association en raison du nombre important de dossiers, et de la nature délicate de certains de ces dossiers, qui allait engendrer une surcharge de travail conséquente.

L’association a su faire face et résister en gérant de front plusieurs travaux et actions:

–              la mise en place du partenariat proposé par la DG

–              le développement de l’association

–              la réalisation des objectifs que nous nous étions fixés

–              le soutien aux familles, avec notamment la prise en charge et le traitement des différents                           dossiersqui nous étaient confiés, dossiers qui nous étaient confiés

  • aussi bien par nos adhérents,
  • que par les assistantes sociales
  • que par les différentes instances de concertation
  • que par la hiérarchie
  • que par la direction générale de la gendarmerie nationale elle-même.

Nous sommes toujours présentes, tout en ayant assuré notre mission principale de soutien aux familles. Nous pouvons dire, qu’en ce qui nous concerne, nous avons accompli notre partie du partenariat.

Fortes de notre progression, nous prenons notre vitesse de croisière afin d’assurer et de parfaire notre essor.

C’est aussi, après bientôt 13 ans d’existence, une volonté restée intacte dans notre engagement.

Notre montée en puissance :

–          c’est notre intégration au sein du CCAG,

–          c’est d’être devenu interlocutrice dans les enquêtes menées par le Sénat ou par la cour des comptes,

–          c’est notre participation au sein des réunions de travail auprès de Monsieur le directeur générale de la gendarmerie nationale mais aussi auprès de Monsieur le ministre de l’intérieur,

–          c’est la reconnaissance de l’association, par ma promotion en mars 2012 au rang de chevalier de l’ordre national du mérite pour le travail réalisé au sein de l’association, reconnaissance d’autant plus flatteuse et incontestable, pour avoir eu l’honneur d’être décorée par Monsieur le ministre de l’intérieur en personne sur mes terres natales, siège de l’association.

Notre montée en puissance

–          c’est aussi une secrétaire pour nous aider dans la gestion de nos dossiers,

–          ce sont nos adhérents qui sont informés en permanence par l’intermédiaire de notre site internet et qui ont la possibilité de faire retour de l’information du terrain en nous écrivant directement sur ce site,

–          enfin c’est un nouveau bureau, le cinquième, après Guéret, Lyon, Toulouse et Romorantin Lanthenay qui est inauguré aujourd’hui à RENNES sous l’impulsion et la responsabilité de Madame Virigine RODRIGUEZ, déléguée Bretagne de l’association

D’où ce moment de satisfaction intense quand je vois le chemin réalisé depuis 13 ans et de fierté légitime quand je vois l’ouverture de ce nouveau bureau. Je sais qu’il y a encore du travail.

Mais je suis fière du travail réalisé par Virginie RODRIGUEZ à qui je renouvelle mes félicitations pour la mise en place de ce nouveau bureau, et à qui je vais céder la parole après une dernière évocation.

Il s’agit de l’intervention du général JORRE, alors commandant du SDAP, qui à l’une de nos assemblées générales, indiquait que l’AAMFG mettait généralement le doigt là où cela fait mal, et que c’était un bien pour que l’institution progresse.

Nous nous ne sommes bien évidemment pas acupuncteur, mais nous soulageons bien souvent le malade.

Pour ce qui est de mettre le doigt là où cela fait mal, je fais une totale confiance dans ce domaine à Virginie, qui sans nul doute possible saura exceller en ce domaine, mais bien évidemment, pour la bonne cause, et pour aller de l’avant,

Merci à vous tous,

Merci à toi Virginie.

Partagez cet article !