Articles

Le - Landes : trois pêcheurs en détresse, sauvés au large de Vielle-Saint-Girons

Landes : trois pêcheurs en détresse, sauvés au large de Vielle-Saint-Girons

Trois pêcheurs du bateau « Arc en ciel » ont été secourus grâce à un hélicoptère de la gendarmerie, ce jeudi midi. Leur filet de pêche s’est emmêlé dans l’hélice du bateau, ce qui l’a stoppé. Ça s’est passé dans le secteur de Vielle-Saint-Girons, dans les Landes.

Un hélicoptère de la gendarmerie de Bayonne est venu secourir les trois pêcheurs landais en détresse dans le secteur de Vielle-Saint-Girons.

Un hélicoptère de la gendarmerie de Bayonne est venu secourir les trois pêcheurs landais en détresse dans le secteur de Vielle-Saint-Girons. © Maxppp – Pierre HECKLER 

Trois pêcheurs de Capbreton ont été sauvés ce jeudi midi, par un hélicoptère de la gendarmerie de Bayonne. Selon la préfecture maritime « le fileyeur Arc en ciel » était « en action de pêche à environ 100 mètres du bord dans le secteur de Vielle-Saint-Girons ». Les pêcheurs, eux, expliquent qu’ils étaient coincés à 800 mètres du bord de mer.

Le bateau est en cours de remorquage

La SNSM (société nationale de sauvetage en mer) remorque, en ce moment même le bateau landais, il devrait arriver au port de Capbreton vers 16h30 selon Patrick Muzellec, le président de la SNSM des Landes. Pour sortir le bateau, les secouristes ont découpé une partie du filet de pêche, ancré dans le fond de la mer. Pour le moment, la partie qui est restée dans l’eau ne peut pas être retirée car c’est trop dangereux de plonger à cause de la mer agitée. 

Franck Duhaa, l’un des trois pêcheurs sauvés,  s’est retrouvé « impuissant » face aux vagues

Franck Duhaa faisait partie de l’équipage qui a été secouru par l’hélicoptère. Lorsqu’une vague a surpris les trois pêcheurs landais, elle a tout dévasté :  » Il n’y avait pas de vagues et tout d’un coup, il y en a une qui se lève. C’est la panique, les carreaux de la passerelle cassent et on est trempé avec le moteur du bateau bloqué «  

A ce moment-là, Franck nous avoue qu’il ne « pense à rien, on est impuissant,  on essaye d’appeler tout le monde pour que l’on vienne nous chercher ». C’est ce qui se passera quelques minutes plus tard, avec l’arrivée de l’hélicoptère de la gendarmerie de Bayonne. 

Partagez cet article !