Articles

Le - L’école de gendarmerie de Montluçon retrouve ses élèves mais reste en fonctionnement restreint jusqu’en fin d’année

Sécurité

L’école de gendarmerie de Montluçon retrouve ses élèves mais reste en fonctionnement restreint jusqu’en fin d’année

Publié le 22/05/2020 à 10h00

L'école de gendarmerie de Montluçon retrouve ses élèves mais reste en fonctionnement restreint jusqu'en fin d'année
La formation des élèves gendarmes se fera suivant les règles de sécurité sanitaire, par des groupes dédoublés. Photo Florian Salesse. © SALESSE Florian

Depuis lundi 18 mai, l’école de gendarmerie de Montluçon accueille de nouveau les élèves. Quatre compagnies font actuellement leur retour avant l’arrivée des nouvelles promotions en juin. L’école ne fonctionnera cependant qu’à moitié de ses capacités cette année.

Après deux mois de confinement, deux compagnies d’élèves de l’école de gendarmerie de Montluçon ont retrouvé la caserne Richemond depuis lundi 18 mai. Deux autres reviendront lundi prochain.

Neuf compagnies sur le terrain pendant le confinement

Lors du confinement le 17 mars, l’école de gendarmerie accueillait 930 élèves répartis dans neuf compagnies. Ils ont été envoyés en renfort dans des unités opérationnelles ou des compagnies de gendarmerie à Montluçon, en Creuse (Guéret et Aubusson) et dans le sud du Cher (Saint-Amand-Montrond).

Cinq compagnies ont ainsi été affectées et ne reviendront pas à la caserne Richmond. Les élèves des quatre autres compagnies moins avancés dans leur formation n’ont effectué que des stages. Ce sont eux qui reviennent actuellement.

Des missions différentes durant le confinement

Durant la période de confinement les élèves gendarmes en unités opérationnelles ont découvert des missions en lien avec la situation.

Les gendarmes n’assureraient pas leur mission traditionnelle à 100 % car il y avait moins d’accidents, moins de délinquance. Les élèves sont allés au contact des gens pour les alerter sur les violences qui se déroulent à domicile, les cyberattaques, les arnaques à l’encontre des retraités ou prendre des nouvelles des personnes isolées. Ils n’avaient pas l’habitude de ces missions mais on a eu des retours positifs de leur part

Général Philippe Durand (Directeur de l’école de gendarmerie de Montluçon)

Quarante-sept élèves restés à la caserne

Quarante-sept élèves sont restés à l’école pour assurer la sécurité de la caserne  dans le respect du protocole sanitaire et des gestes barrières. Les cadres ont travaillé sur site ou à distance pour « préparer l’après » comme le précise le directeur de l’école.

Seulement cinq compagnies à partir de juin

Pour reprendre la formation initiale de ses élèves en toute sécurité, l’école de gendarmerie, comme tous les établissements, a mis en place des mesures de distanciation sociale.

« Nous allons tout dédoubler. Habituellement chaque compagnie a un bâtiment. Là, les élèves d’une compagnie seront étalés dans deux bâtiments pour respecter la distanciation physique dans les modules (les chambres, N.D.L.R.). C’est pareil pour les cours et lors des repas. L’école fonctionnera à 50 % par rapport à la normale. On aura cinq compagnies au lieu de onze et il y aura deux fois plus de cadres pour les encadrer. »

Si les cinq compagnies occuperont dix bâtiments, le onzième servira pour les gens de passage ou pour isoler des élèves qui présenteraient des symptômes du Covid-19.

Près de mille élèves gendarmes de Montluçon projetés sur le terrain pour lutter contre le coronavirus

Le port du masque pour les nouveaux élèves intégrés en juin

A partir du lundi 8 juin, les nouvelles promotions arriveront à Montluçon tous les quinze jours. En juillet et août, quatre stages destinés aux gendarmes adjoints volontaires (GAV) se dérouleront à l’école avant un dernier en septembre.

Tous les nouveaux venus devront se soumettre à une quatorzaine et de ce fait porteront un masque durant cette période.

On fonctionnera par module. Les élèves qui partageront les chambres, seront toujours ensemble, pour les cours, les repas. C’est pour faire comme des sortes de clusters. Comme ça si jamais il y a un élève qui présente des symptômes, seul un petit groupe sera mis de côté.

Une formation initiale modifiée

Le protocole de sécurité aura aussi une influence sur la formation initiale des élèves gendarmes. Leur formation théorique à l’école sera plus courte et ils iront plus tôt dans les unités opérationnelles.

« On est sur une autre façon de faire avec un aménagement des cours. On part sur le principe de précaution maximale. Il y aura une évolution sur l’année mais il n’y aura pas onze compagnies à l’école en 2020. Si tout se passe bien et qu’il n’y a pas  de fermeture, on devrait incorporer sept promotions d’élèves gendarmes et cinq stages de GAV », précise le général Philippe Durand.

Florence Farina

Source : www.lamontagne.fr

Partagez cet article !