Articles

Le - Les gendarmes tirent sur un fuyard

Les gendarmes tirent sur un fuyard

Les gendarmes ont bouclé une partie du péage de l'A62 pour les besoins de leur enquête, hier matin./ Photo DDM, Manu Massip

Les gendarmes ont bouclé une partie du péage de l’A62 pour les besoins de leur enquête, hier matin./ Photo DDM, Manu Massip

Les militaires ont ouvert le feu sur une voiture qui a foncé sur eux lors d’un banal contrôle routier effectué, hier, en fin de matinée, au péage de l’A 62, à Castelsarrasin.

La scène est digne d’une série policière. Hier, entre 12 heures et 14 heures, une vingtaine de gendarmes, dont les techniciens spécialisés en identification criminelle ont pris position au péage de l’A 62, à Castelsarrasin. Soigneusement et méticuleusement, les militaires ont scruté les lieux et récolté les indices sous le regard intrigué des automobilistes entrant ou sortant de l’autoroute. Les véhicules de gendarmerie omniprésents sur les lieux ont fait naître plusieurs rumeurs sur un probable incident survenu en début de matinée. «Il y aurait eu un coup de feu», glisse un professionnel de la zone commerciale située à proximité du péage. «À mon avis, ça doit être sérieux» devine un autre.

Face aux interrogations, des plus curieux, les gendarmes sont restés de marbre.

Un contrôle de routine

En réalité, une heure plus tôt, aux alentours donc de 11 heures, un individu a refusé d’obtempérer lors d’un contrôle routier de routine effectué par les gendarmes à la sortie du péage. Le conducteur n’a pas hésité à foncer sur les gendarmes qui ont fait usage de leurs armes de service en tirant sur la voiture. Il n’y aurait eu, selon nos informations, pas de blessé. Ni du côté des forces de l’ordre, ni du côté du ou des malfaiteurs.

Malgré le coup de feu et une course-poursuite à Castelsarrasin, le chauffard est parvenu à s’enfuir. Le suspect est toujours activement recherché.

Hier soir, on n’en savait pas davantage sur l’affaire. Pour l’heure, le parquet de Montauban n’a pas souhaité communiquer sur cette enquête sensible, notamment pour une tentative d’homicide volontaire sur une personne dépositaire de l’autorité publique.

Partagez cet article !