Articles

Le - Manuel Valls « attend beaucoup de la gendarmerie » dans le domaine du renseignement

Manuel Valls «attend beaucoup de la gendarmerie» dans le domaine du renseignement

Intervention EOGN 2 juillet 2013Manuel Valls «attend beaucoup de la gendarmerie» dans le domaine du renseignement, indique-t-il mardi 2 juillet 2013 à Melun. Cette institution «a toute sa place dans le domaine du renseignement au vu des évolutions que nos territoires ont connu au cours des dernières années», déclare le ministre de l’Intérieur lors de la cérémonie de fin de scolarité de la 118ème promotion d’officiers de la gendarmerie. «Votre immersion au sein de la population doit vous permettre d’enrichir le travail de recueil de l’information et du renseignement, notamment la détection des signaux faibles, essentielle en matière de lutte contre les processus de radicalisation», déclare-t-il. Il évoque aussi les résultats obtenus par les gendarmes dans les ZSP, la place des femmes dans cette institution et réagit à l’affaire d’espionnage des pays européens par les États-Unis.

Lors de la cérémonie de fin de scolarité de la 118ème promotion d’officiers de la gendarmerie, le ministre de l’Intérieur aborde les «premiers résultats» obtenus «dans les zones de sécurité prioritaires, où la gendarmerie intervient». La méthode des ZSP «est la bonne», assure-t-il. Selon lui, entre janvier et mai 2013, les cambriolages ont reculé de 36% dans la zone de sécurité prioritaire de Vauvert et Saint Gilles, dans le Gard. Les atteintes aux personnes ont baissé de 25% dans celle de Meru et Chambly, dans L’Oise. Les atteintes ont bien ont baissé de 20% dans la ZSP de Famek et Uckange.

«IL N’EXISTE PLUS DE BASTION MASCULIN» DANS LA GENDARMERIE

Intervention EOGN 2 juillet 2013 (F2)

«D’une manière générale, en zone gendarmerie, le bilan de ces dernières semaines est encourageant et marque, je l’espère, une sensible inversion des tendance», note le ministre, citant notamment les cambriolages et les atteintes volontaires à l’intégrité physique. «Aucun territoire n’est abandonné [par l’État], en métropole comme en outre-mer», assure en outre Manuel Valls.

Il rappelle qu’avant 1983, la gendarmerie nationale était une institution «exclusivement masculine». «Il y a trente ans, une centaine de pionnières devenaient les premières femmes gendarmes. 58 d’entre elles sont encore en activité» dont la générale Isabelle Guion de Méritens, commandant la gendarmerie maritime, signale par ailleurs Manuel Valls.

«Il y a besoin d’hommes et de femmes dans tous les métiers de la gendarmerie: sécurité publique, maintient de l’ordre, lutte contre l’insécurité routière, investigation judiciaire ou encore défense et sécurité nationale», indique le ministre. Selon lui, aujourd’hui, «il n’existe plus de bastion masculin». Les forces de l’ordre «doivent être à l’image de la société, et notamment en incorporant plus de femmes dans ses rangs», déclare le ministre, estimant que «la gendarmerie nationale a mené des efforts dans ce sens». Il souligne que 41 femmes font parties de la 118ème promotion d’officiers de la gendarmerie, soit 26% de l’effectif.

PRISM: MANUEL VALLS ATTEND «DES EXPLICATIONS CLAIRES ET PRÉCISES»

Concernant l’affaire d’espionnage des pays européens par les États-Unis, Manuel Valls dit attendre «des explications claires et précises de nos amis américains». «Entre alliés, entre pays qui partagent les même valeurs, les mêmes objectifs, il n’y a pas de place pour ce type d’espionnage», ajoute-t-il.

Source: CaptureAEF Sécurité Globale Dépêche n° 9253 – Paris, mardi 2 juillet 2013.

Partagez cet article !