Articles

Le - Saint-Martin-de-Crau : il menace les gendarmes avec une tronçonneuse

 Saint-Martin-de-Crau

 

Faits divers - Justice - Saint-Martin-de-Crau : il menace les gendarmes avec une tronçonneuse
Plus rien ou presque ne surprend les gendarmes. Mais être menacé avec une tronçonneuse, ça ne leur arrive (heureusement) pas tous les jours. C’est ce qu’il s’est passé dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Martin-de-Crau.

Vers 4h30, ils sont appelés pour intervenir dans le cadre d’une dispute conjugale entre un couple vivant dans une caravane. Lorsque deux militaires arrivent sur place, les insultes fusent encore. Le mari, âgé de 56 ans, refuse de se calmer. Il se dirige vers le véhicule de sa compagne dans lequel il s’empare d’une tronçonneuse. Tout en tentant en vain de l’allumer, il la brandit devant les gendarmes et les menace de mort. Un peu plus tôt, il avait également menacé sa compagne avec l’engin.

Par ailleurs, les images de vidéosurveillance des rues alentour prouveront qu’au cours de la dispute, il est parti avec le véhicule de sa compagne et a percuté un panneau de signalisation en faisant des tours de rond-point. Et ce alors qu’il n’est pas titulaire du permis de conduire, et qu’il avait environ 2 grammes d’alcool dans le sang. « J’avais trop bu. D’habitude je bois 2 litres de vin rouge par jour, cette fois j’avais bu 3 litres » confiera-t-il aux enquêteurs. En proie à des problèmes d’alcool depuis l’âge de 14 ans, l’homme prend également un traitement de substitution à l’héroïne.

« Je regrette d’avoir sorti la tronçonneuse devant les policiers (sic.). C’est l’alcool qui m’a fait faire ça » s’est-il excusé hier devant le tribunal correctionnel de Tarascon. Selon les médecins qui l’ont rencontré dans le cadre de cette procédure, le prévenu « ne présente aucun trouble psychiatrique »« Ce soir-là, on a évité le pire » souffle la procureure Anouk Bonnet, avant de requérir 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis. Une peine « excessive » pour son avocate Anaïs Meffre, qui souligne que l’alcool est à l’origine de tous ses affres judiciaires. L’homme a écopé hier de 18 mois de prison dont 8 avec sursis. C’est sa trentième condamnation devant un tribunal.

Partagez cet article !