Articles

Le - Sur l’autoroute A10 avec les gendarmes de Loir-et-Cher (1/4)

Sur l’autoroute A10 avec les gendarmes de Loir-et-Cher (1/4)

Publié le 05/08/2020 à 06:25 | Mis à jour le 05/08/2020 à 06:25

FAITS DIVERS JUSTICE 

LA CHAUSSÉE-SAINT-VICTOR

Guillaume et Peter, les « premiers à marcher », ont arrêté une femme qui roulait à 158 km/h sur l’autoroute A10 avec ses quatre jeunes enfants à bord.
Guillaume et Peter, les « premiers à marcher », ont arrêté une femme qui roulait à 158 km/h sur l’autoroute A10 avec ses quatre jeunes enfants à bord.
© Photo NR

Week-end de départs en vacances. Le premier du mois de juillet. La circulation est plutôt fluide, même si Bison futé voit orange ce vendredi-là. Les « PAM » du peloton motorisé de La Chaussée-Saint-Victor circulent sur l’autoroute A10. Ce sont les « premiers à marcher », c’est-à-dire que s’il y a le moindre incident ou accident sur l’A10, ce sont eux qui sont alertés pour intervenir. Mais lorsqu’il ne se passe rien de particulier, les gendarmes se « montrent ». L’objectif, faire de la prévention, « pour dire aux gens, attention, soyez prudents », souligne Guillaume, « PAM » du jour avec Peter. La vision du « bleu » a pour effet de faire lever le pied aux conducteurs. D’éviter aussi de mauvais réflexes. Comme utiliser son téléphone. À chaque véhicule doublé, Guillaume et Peter regardent si le conducteur n’aurait pas les yeux rivés sur son portable plutôt que sur la route. Pas toujours facile de voir cependant. « Quand on a un doute, on n’arrête pas. Il faut être sûr sûr sûr », insiste Guillaume, qui a rejoint le peloton motorisé de La Chaussée en 2015.
En cette période de départ en vacances, les gendarmes sont également attentifs aux « chameaux ». Dans leur jargon, ce sont les véhicules surchargés. Et il n’est pas rare d’en croiser.
Les « PAM » font aussi un tour sur les six aires que compte l’autoroute A10 en Loir-et-Cher. « C’est important de se montrer sur les aires aussi, pour porter aide et assistance aux gens qui en auraient besoin. » Sur celles où se trouvent des stations-service et des lieux de restauration, les militaires vont voir les salariés. Ils prennent la température, demandent s’ils ont eu affaire à des automobilistes partis sans payer après avoir fait le plein. Ils interrogent aussi sur le port du masque obligatoire à l’intérieur. Quelques récalcitrants, mais dans l’ensemble, la mesure est bien respectée, selon une salariée.
Leur présence a aussi un effet dissuasif. Il y a quelque temps, il leur a été signalé que, au Burger King de l’aire de Blois-Villerbon, des petits malins observaient des clients aux bornes de commandes pour repérer leur code de carte bancaire. Carte ensuite subtilisée discrètement lorsque les gens mangent et dont ils se servent pour faire un retrait au distributeur non loin.
« Wazés » en quelques minutesAprès la prévention, la répression. Retour sur l’autoroute. Les PAM se stationnent un peu en retrait de l’axe et effectuent des contrôles de vitesse. Quelques minutes à peine, les voilà déjà « Wazés ». C’est-à-dire signalés sur une application qui alerte les conducteurs qui en sont dotés de leur présence. Cela ne les empêche pas, pour autant, de constater qu’une automobiliste roule à 158 km/h. Ils la rattrapent et la font sortir au péage de Blois. Elle a ses quatre enfants, tous ont moins de 10 ans, dans la voiture. Elle ne conteste pas. Et leur dit simplement : « Je vais lever le pied. » Et c’est tout ce que les gendarmes souhaitent…

Source : www.lanouvellerepublique.fr

Partagez cet article !