Articles

Le - Un an de prison après un délit de fuite à Gray

Un an de prison après un délit de fuite à Gray

Dimanche soir, dans les rues du centre-ville de Gray, un automobiliste a pris des risques inconsidérés pour échapper aux gendarmes. Même avec ses pneus crevés, il a poursuivi son chemin. En récidive, il a été condamné à une peine d’un an de prison ferme.

LE 06/08/2019 À 20:00

Le conducteur a expliqué « ne pas avoir voulu être arrêté par les gendarmes sous les yeux de son petit frère ». Il a donc roulé au mépris des règles de sécurité au centre-ville de Gray.  Photo illustration ER /Bruno GRANDJEAN
Photo HDLe conducteur a expliqué « ne pas avoir voulu être arrêté par les gendarmes sous les yeux de son petit frère ». Il a donc roulé au mépris des règles de sécurité au centre-ville de Gray.  Photo illustration ER /Bruno GRANDJEAN

En jean et tee-shirt, ce jeune aux faux airs de Kurt Cobain ne semble pas vraiment réaliser la conduite dangereuse qu’il a eue, dimanche soir, dans les rues de Gray. C’est pourtant ce qui lui vaut sa présentation ce mardi après-midi, en comparution immédiate, devant la justice à Vesoul. Dans la nuit du 4 au 5 août, le jeune homme âgé de 22 ans prend le volant d’une voiture, alors qu’il n’est pas titulaire du permis de conduire. Quatre personnes sont à bord avec lui. Il explique au tribunal avoir voulu prévenir la compagne de son grand frère, qu’elle encourait un danger car celui-ci lui voulait du mal.

Les gendarmes, postés à Arc-lès-Gray, attendaient le véhicule sur le parvis de l’église. Quand ils font signe au jeune homme de s’arrêter, celui-ci n’obtempère pas. Il poursuit sa route vers Gray, tentant d’échapper à ses poursuivants. Sur sa route, d’autres gendarmes jettent une herse à son passage. Mais même avec des pneus crevés, il ne capitule pas. Il emprunte une rue en sens interdit et traverse même la terrasse d’un bar. « Je ne voulais pas que les gendarmes m’arrêtent devant mon petit frère », explique le prévenu. Un petit frère qui était présent dans le véhicule. Quand la voiture ne peut plus avancer, tous les passagers prennent la fuite. Le conducteur est interpellé. Il reconnaîtra avoir été sous l’emprise de l’alcool et des stupéfiants. « Je fume 20 à 30 joints par jour », dit-il en toute franchise à l’audience.

19 mentions à son casier judiciaire

« Il n’a que 22 ans et déjà 19 mentions à son casier judiciaire », constate Emmanuel Dupic, procureur de la République. « Ce sont des faits qui interrogent sur la dangerosité de Monsieur. La course-poursuite a duré plusieurs minutes en centre-ville », rappelle-t-il avant d’ajouter qu’il a déjà été condamné pour un même comportement en octobre 2015. « Il faut protéger la société du renouvellement des faits », dit-il avant de requérir une peine mixte (mêlant ferme et sursis) ainsi notamment qu’une interdiction de séjour à Gray et Arc-lès-Gray pendant deux ans.

Pour sa défense, Me Etienne Garniron n’a pas la tâche facile. Il explique que le jeune homme évolue dans un milieu peu favorable, avec des membres de sa famille qui sont incarcérés. « Il a fait preuve d’humanité dans son comportement en tentant de venir en aide », glisse-t-il pour obtenir la clémence du tribunal. « Si on l’enferme à nouveau, je crains que le schéma se répète. »

À l’énoncé de sa peine d’un an de prison ferme avec mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Dijon, Franck Reynoud a marmonné, bras croisés et visage fermé, « c’est pas grave, je vais me mettre la corde ».

C.C.

Source : www.estrepublicain.fr

Partagez cet article !