Articles

Le - Un gendarme agressé à Ferrières-en-Bray

Un gendarme agressé à Ferrières-en-Bray

Publié 12/11/2017 22:28
Mise à jour 10:01

Justice. Un homme de 34 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Dieppe.Son interpellation à Ferrières-en-Bray par les gendarmes, avait été mouvementée.

C’est parce qu’il s’est brutalement énervé contre les gendarmes, qu’un homme de 34 ans, comparaissait, jeudi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Dieppe.

L’affaire remonte au 14 août 2017 vers 19 h. Les gendarmes de Gournay-en-Bray sont appelés à Ferrières-en-Bray pour régler à l’amiable un différend entre des personnes qui se connaissent et qui vivent ensemble. À l’arrivée des militaires, la situation est relativement apaisée. Mais le prévenu, qui suit un traitement médical incompatible avec une consommation d’alcool, s’en prend alors aux forces de l’ordre. « Je voulais régler mes comptes avec l’autre personne. Il n’y avait pas besoin d’appeler les gendarmes », explique-t-il à la barre. Le gradé, venu avec un collègue en tant que médiateur, a été pris à partie avec insultes et menaces de mort. L’homme devenant de plus en plus agressif, les forces de l’ordre ont même été obligées de le menotter.

Blessé au genou

C’est alors que suite à un mouvement brusque du prévenu, les deux hommes sont tombés à terre. Le militaire a été blessé sérieusement au genou dans la chute.

Une semaine plus tard, le 22 août, le gendarme, en arrêt maladie et porteur d’une attelle, fait ses courses dans une grande surface de Ferrières-en-Bray, quand il tombe nez à nez avec le prévenu accompagné de sa conjointe. Suite à la récente altercation, celui-ci a interdiction d’entrer en contact avec le gendarme. Mais de nouveau sous l’emprise de l’alcool, il profère encore des menaces.

Jeudi à la barre du tribunal de Dieppe, le prévenu a reconnu les faits et s’est engagé à prendre en charge les réparations qui lui seront spécifiées lors du renvoi sur intérêt civil en fonction de l’état de santé du militaire.

Il a été condamné, pour les deux faits, à 7 mois de prison dont 6 avec sursis et obligation de soins. Sa conjointe, qui avait insulté le gendarme sur le parking du supermarché, écope d’un mois de prison avec sursis. Sur cette deuxième affaire seulement, le militaire a demandé et obtenu pour l’instant 400 € de dommages et intérêts.

Sourcewww.paris-normandie.fr

Partagez cet article !