Articles

Le - un gilet jaune interpellé pour avoir affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné »

Tarn-et-Garonne : un gilet jaune interpellé pour avoir affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné »

Un gilet jaune de 69 ans est en garde à vue à Caussade dans le Tarn-et-Garonne pour avoir apposé le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné » sur sa camionnette. Il doit être présenté mardi devant le parquet de Montauban.

Le gilet jaune qui avait affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné » sur son fourgon est en garde à vue à Caussade

Le gilet jaune qui avait affiché le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné » sur son fourgon est en garde à vue à Caussade – @capture Google Map

Après les slogans lancés aux forces de l’ordre à Paris « suicidez-vous, suicidez-vous » lors du 23e samedi de mobilisation des gilets jaunes, un gilet jaune de 69 ans a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Caussade dans le Tarn-et-Garonne. Il avait affiché sur la lunette arrière de sa camionnette le slogan « flic suicidé, à moitié pardonné. »

Indignés de voir de telles insultes sur le fourgon stationné dans la ville, des passants ont alerté les forces de l’ordre. Les gendarmes ont rapidement identifié le propriétaire du véhicule qui a été placé en garde à vue.

Cet homme de 69 ans sera présenté mardi au parquet de Montauban pour « outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique ». Il encourt un an de prison.

Des slogans similaires appelant les forces de l’ordre au suicide avaient été découverts lundi matin sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau dans le Finistère. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner condamne ces faits « d’une extrême gravité ».

Le Gilet jaune qui a collé « Flic suicidé à moitié pardonné » sur sa camionnette sera présenté au juge en juillet

Publié le  , mis à jour 

« Flic suicidé, à moitié pardonné » : un message haineux qui faisait suite aux slogans proférés, samedi 20 avril, dans les rangs des Gilets jaunes, à Paris, lors, de l’acte 23 du mouvement, a été affiché sur la lunette arrière d’un fourgon, ce dimanche matin, à Caussade dans le Tarn-et-Garonne.

Le véhicule utilitaire blanc, décoré encore d’autres dessins sur le même thème, a fait scandale dans une cité chapelière plutôt bien animée par la fête locale. Outrés de voir de telles insultes, plusieurs passants et riverains n’ont pas manqué de prendre des photos et de prévenir les forces de l’ordre.

Les gendarmes de la communauté de brigades de Caussade se sont rendus aussitôt sur les lieux de stationnement du fourgon, sur le boulevard Edouard Herriot, à proximité des établissements Renault. En l’absence de tout conducteur, les enquêteurs ont procédé à quelques recherches. Ils ont ainsi rapidement identifié le propriétaire du véhicule, un homme de 52 ans, originaire d’Alsace, mais domicilié dans le secteur de Caussade depuis quelques années.

Convoqué devant le juge le 12 juillet

Sentant sans doute que son fourgon allait être enlevé de la voie publique et placé en fourrière, le propriétaire du fourgon a fini par se présenter de lui-même, aux alentours de 12 h 15. Il a été aussitôt placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Caussade. Le suspect a été déféré ce mardi devant le tribunal de grande instance de Montauban. Une plainte a été déposée par un officier de la compagnie de gendarmerie de Montauban. Il a été remis en liberté mais est convoqué devant le juge le 12 juillet prochain pour outrage.

Ce dernier s’engage déjà à reverser tous les éventuels dommages et intérêts qui pourraient être décidés par la justice à deux associations : la maison de la gendarmerie et l’association nationale des actions sociales de la police nationale.

Le fourgon arborant un message anti-forces de l'ordre.

Le fourgon arborant un message anti-forces de l’ordre. – Photo DDM

Sourcewww.ladepeche.fr

Partagez cet article !