Articles

Le - VIDÉO. En Vendée, la brigade nautique de la gendarmerie à la pêche aux véhicules volés

Accueil Pays de la Loire La Roche-sur-Yon

VIDÉO. En Vendée, la brigade nautique de la gendarmerie à la pêche aux véhicules volés

Elle intervient ces jours-ci dans un plan d’eau situé près de La Roche-sur-Yon. Plusieurs véhicules volés et des objets dérobés lors de cambriolages y ont été découverts. Reportage.

Les véhicules volés, découverts par les plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie, sont remontés à la surface. | OUEST-FRANCE

« Ce plan d’eau, ça sert de déchetterie pour les voleurs. » 14 h 15, mardi 10 novembre, dans un hameau situé en lisière de La Roche-sur-Yon. Trois gendarmes de la brigade nautique côtière de Saint-Gilles-Croix-de-Vie s’apprêtent à faire remonter du fond d’un étang un véhicule, à l’aide de parachutes gonflés d’air.

L’adjudant-chef Tanguy Rousseau, au premier plan, et l’un de ses hommes s’apprêtent à faire remonter du fond de l’étang un véhicule, à l’aide de parachutes gonflés d’air. | OUEST-FRANCE

« Les parachutes, il en faut plus que deux, là, c’est un fourgon », lance un des deux plongeurs. Il y a une semaine, à l’occasion d’un entraînement dans cette ancienne carrière devenue un trou d’eau de plus de 8 m de profondeur, les gendarmes de la brigade nautique ont découvert deux véhicules immergés.

Véritable caverne d’Ali Baba

« Ils ont relevé les plaques d’immatriculation et ils ont vu que c’était des véhicules volés. Du coup, on a programmé cette opération », décrypte la colonelle Véronique Sandahl-Duprez, qui commande le Groupement de gendarmerie de la Vendée. Elle est venue superviser l’intervention.

Les enquêteurs subaquatiques ont commencé leurs investigations lundi. Bilan de la première journée : des groupes électrogènes, des nettoyeurs haute pression, des coffres-forts… Une véritable caverne d’Ali Baba.

Ce mardi, place à la remontée en surface des véhicules. Cela risque de prendre du temps. « Il y a plein d’autres voitures. Je n’arrête pas d’en trouver », glisse l’adjudant-chef Tanguy Rousseau, commandant de la brigade nautique.

« Ce sont des véhicules volés dans le département. Ici, c’est un endroit qui est connu pour des choses rejetées. On a déjà déniché plusieurs objets issus de vols, il y a deux ans », poursuit l’adjudant-chef Rousseau.

Avant d’extirper les véhicules de l’eau, les plongeurs procèdent à des relevés d’ADN, prennent des photos… « On fait les constatations d’usage au fond de l’eau car on est dans le cadre d’une enquête judiciaire. On intervient souvent sur des recherches de personnes ou des recherches de biens dans l’eau, comme des armes qui ont pu être utilisées dans le cadre d’un crime. Là, on est dans le cadre de cambriolages », détaille le commandant de la brigade nautique.

Les plongeurs ont mis le nez sur un nouveau véhicule. Les enquêteurs vérifient la plaque. « Celui-ci a été volé à Saint-André-Goule-d’Oie », indique un gendarme. « Quand on découvre des véhicules volés, ça permet de les retirer des fichiers et de progresser dans l’enquête. »

À l’aide de cordes puis de chaînes, le fourgon, lui, a été ramené près de la berge. Bruno Fernandez, le patron de Dépann’auto yonnais, une société spécialisée dans le remorquage et le dépannage, entre en action.

À l’aide de cordes puis de chaînes, le fourgon a été ramené près de la berge. | OUEST-FRANCE

Lui et son employé ont sorti la grosse artillerie pour accompagner cette opération de gendarmerie. « On est venu avec un remorqueur poids lourd, un télescopique et un camion atelier pour pouvoir ravitailler les bouteilles d’air des gendarmes », explique Bruno Fernandez.

L’opération des gendarmes s’effectue avec l’aide de la société Dépann’auto yonnais, qui est spécialisée dans le remorquage et le dépannage. | OUEST-FRANCE

Il est 15 h 30, le véhicule utilitaire est sorti de l’eau. Il a été volé à Bournezeau. « On a toujours la crainte de trouver un corps », prévient la colonelle Véronique Sandahl-Duprez. Un gendarme rassure : « Il n’y a pas de corps ».

Les véhicules remontés à la surface seront ensuite remorqués vers un lieu de stockage où ils resteront le temps de l’enquête. | OUEST-FRANCE

Le véhicule sera ensuite transféré dans un lieu de stockage, où il restera le temps de l’enquête. L’opération, qui devait se dérouler sur deux jours, va finalement se poursuivre. Mardi, neuf véhicules avaient été repérés dans le plan d’eau…

Source : www.ouest-france.fr

Partagez cet article !