Articles

Le - 14 Juillet 2021, Une célébration de la fête nationale depuis 1880…

  • MERCREDI 14/07/2021 à 07H27 – Mis à jour à 07H30
  • ACTUALITÉS
  • MARSEILLE,ÉDITION MARSEILLE

Marseille : une femme à la tête des gendarmes lors du défilé du 14-Juillet

Par La Provence (avec AFP)

La commandante Nathalie Brunet sera la chef du détachement de la gendarmerie lors du défilé, ce matin, sur le Prado.
La commandante Nathalie Brunet sera la chef du détachement de la gendarmerie lors du défilé, ce matin, sur le Prado.PHOTO F.B.

Pour la première fois, ce matin, c’est une femme qui commandera le détachement de la gendarmerie nationale lors du défilé du 14-Juillet à Marseille. Une mission aussi délicate que prestigieuse, menée d’ordinaire par un colonel, mais confiée cette année à une jeune commandante du corps administratif, Nathalie Brunet. Derrière elle, outre la garde au drapeau, des motards et quatre cavaliers de la Garde républicaine, un peloton de 22 gendarmes.

es hommes et des femmes – presque à parité – issus de tous les corps de l’institution, de la gendarmerie mobile à l’état-major, en passant bien sûr, par la gendarmerie départementale et même des enquêteurs de la section de recherches, pourtant peu habitués à l’uniforme. « Mais il y a un esprit de corps assez fort dans la gendarmerie », relève la commandante Brunet, chargée de régler le défilé dans les moindres détails, jusqu’au format des décorations.

« Le plus important, c’est que l’arme soit unie« , insiste cet officier de 35 ans, originaire de Tarascon et devenue gendarme « un peu par hasard« , il y a douze ans. « Je voulais être fonctionnaire et militaire… pour mes parents je suis un ovni« , sourit celle qui défilera sabre au clair, ce matin, dès 9 h en tête du défilé.

Source : www.laprovence.com

EN DIRECT. 14 Juillet : fin de défilé sur l’air de la chanson « Les Champs-Élysées » – Page 2

Engins aériens, troupes à pied et motorisées défilent devant le chef de l’État et l’exécutif. Un défilé auquel 10 000 personnes seulement peuvent assister.

Un maximum de 10 100 personnes ont ete autorisees a assister au defile militaire parisien cette annee, en raison de la pandemie.
Un maximum de 10 100 personnes ont été autorisées à assister au défilé militaire parisien cette année, en raison de la pandémie.© LUDOVIC MARIN / AFP

Par LePoint.fr (avec AFP)Publié le 14/07/2021 à 07h04 – Modifié le 14/07/2021 à 12h19

  • Le traditionnel défilé parisien du 14 Juillet a débuté aux alentours de 10 heures. Il mobilise 5 000 participants et mettra à l’honneur les troupes de la force Takuba au Sahel – les forces spéciales européennes, dont 4 400 militaires à pied, 73 avions, 24 hélicoptères, 221 véhicules et 200 chevaux de la garde républicaine.
     
  • En raison de la reprise de la pandémie, la jauge de spectateurs, initialement de 25 000 personnes, a été réduite à 10 000. Tous doivent porter un masque et présenter un pass sanitaire valide.
     
  • Les mêmes règles s’appliqueront dans la soirée pour le feu d’artifice organisé par la Mairie de Paris. Seules 15 000 personnes pourront se réunir sur le Champ-de-Mars pour y assister. Les Parisiens sont « fortement encouragés à ne pas se rassembler autour du périmètre interdit ».
     
  • En région, plusieurs villes ont décidé d’annuler les feux d’artifice et autres festivités de fête nationale afin d’éviter les trop grands rassemblements de population. C’est notamment le cas de villes comme Nantes, Lille, Pornic ou encore Carcassonne.

09 h 57 – Les engins du défilé aérien d’ouverture

      Le défilé aérien d’ouverture débutera à 10 h 34 précisément, avec, pour commencer, les neuf Alphajet de la Patrouille de France. Puis suivront les 1res unités FAFL avec un M2000-C et deux Rafale. Pourfendront ensuite les airs les engins de l’opération Daguet (un KC135, un M2000-C, un Transall C-160), puis ceux de la DGA pour ses 60 ans (un Mirage 2000B et deux Alphajet). Les avions et des hélicoptères des forces aériennes stratégiques ainsi que le groupe aérien embarqué et la patrouille maritime voleront également. Parmi les appareils que l’on pourra apercevoir figurent notamment un E-3F Awacs, un A330 Phénix ou encore un C-30J Super Hercules.      

09 h 44 – Un défilé modernisé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing

      Le président Valéry Giscard d’Estaing est le premier à vouloir moderniser les cérémonies. Il change régulièrement le lieu du défilé militaire, et aux Champs-Élysées s’ajoute notamment le tronçon Bastille-République comme en 1974. À partir de 1978, VGE transforme la garden-party, jusque-là simple déjeuner privé rassemblant des représentants des corps constitués, en événement mondain. Depuis 1980, les Champs-Élysées sont redevenus le cadre du défilé.      

09 h 37 – Le tournant qu’a été le défilé militaire de 1945

      Le 14 juillet 1939, dernier anniversaire avant la Seconde Guerre mondiale, marque aussi le 150e anniversaire de la Révolution. Les fêtes, qui durent cette fois du 12 au 16 juillet, rendent un triple hommage au drapeau, à l’armée et à l’empire. Un défilé de 300.000 hommes a lieu de l’Arc de Triomphe à la Concorde. Après une interruption du défilé parisien pendant l’Occupation allemande, celui du 14 juillet 1945 marque la victoire contre l’Allemagne. Depuis cette date, les défilés sont l’occasion pour les armées de se présenter devant les Français et de mettre à l’honneur les unités ayant participé aux opérations intérieures et extérieures.      

09 h 25 – Emmanuel Macron célèbre la fête nationale

      Alors qu’il est attendu pour présider le défilé militaire parisien, le chef de l’État n’a pas attendu pour célébrer le 14 juillet. Sur Twitter, Emmanuel Macron a tenu à s’exprimer afin de souhaiter une bonne fête nationale à tous les citoyens.

09 h 18 – Une célébration de la fête nationale depuis 1880

      Depuis le décret du 6 juillet 1880, fêtes nationale et militaire coïncident sans jamais plus être dissociées et le 14 juillet est marqué à Paris comme en province par des bals et des feux d’artifice, où s’exprime la liesse populaire. Jusqu’en 1914, la fête parisienne se déroule à Longchamp. Interrompue pendant la Première Guerre mondiale, la célébration reprend en 1919 sur les Champs-Élysées. Entre 1925 et 1928, une simple cérémonie a lieu place de l’Étoile.      

09 h 12 – Quelles sont les origines du défilé militaire du 14 juillet ?

      Le défilé militaire du 14 juillet, qui commémore depuis 1790 la prise de la Bastille, a connu des variantes au fil des ans, avant de s’imposer depuis 1980 sur les Champs-Élysées. Le 14 juillet 1790, les fédérés partent de la place de la Bastille et traversent Paris, précédés et suivis de la garde nationale, en direction du Champ-de-Mars, où se déroule la fête de la Fédération universelle de France qui célèbre le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Jusqu’au Directoire, l’aspect militaire du défilé ne constitue pas l’essentiel de la commémoration. En 1797-1798, l’armée offre aux Parisiens, en plus du défilé, une simulation de combat. À partir du Consulat (1799-1804), la célébration du 14 Juillet perd de son caractère populaire et voit le défilé militaire s’imposer.      

09 h 04 – Mais comment défilent les avions et les hélicoptères ?

      La Patrouille de France et ses neuf Alphajet (décorés cette année aux couleurs du Petit Prince paru il y a 75 ans) ouvrent le défilé militaire selon la tradition, à 10 h 35 précises. Le top départ est donné quand le président de la République prend place sur son fauteuil de la tribune place de la Concorde. Un tableau d’ouverture intitulé « Concorde nationale » (rien à voir avec le supersonique) est illustré par la musique de la garde républicaine qui interprète six morceaux.  Mais comment défilent les avions et hélicoptères ce 14 juillet ? La réponse dans notre article !       

08 h 53 – Le Service de santé des armées également représenté au défilé

      La marine mettra à l’honneur ses sous-mariniers, avec la présence de l’équipage du sous-marin nucléaire d’attaque (ANS) Émeraude, de retour d’une mission de sept mois dans la stratégique région Indo-Pacifique. L’armée de l’air fera quant à elle défiler son nouveau commandement de l’Espace, créé en 2019. Le Service de santé des armées (SSA), très mobilisé depuis le début de la pandémie qui a fait plus de 111.000 morts morts en France, sera aussi représenté.      

08 h 36 – Des policiers municipaux participent au défilé militaire, une première

      Pour la première fois défileront à Paris des policiers municipaux, en l’occurrence de la ville de Nice (Sud-Est), en première ligne sur deux attentats ces dernières années : l’attaque au camion-bélier qui avait fait 86 morts le 14 juillet 2016, puis l’agression dans la basilique de Nice en octobre 2020, au cours de laquelle 3 personnes ont été tuées.      

08 h 20 – Un contingent des forces spéciales européennes lancera le défilé parisien

      Après le traditionnel défilé aérien ouvert par la Patrouille de France, un contingent des forces spéciales européennes participant à la Task Force Takuba lancera le défilé à pied sur les Champs-Élysées. Huit nations (France, Belgique, Estonie, Italie, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Suède) contribuent à ce groupement lancé par la France pour accompagner les forces maliennes au combat. Takuba occupera une place centrale dans le futur dispositif antidjihadiste au Sahel, où Paris compte réduire ses effectifs militaires après huit ans de présence. « Il faut faire en sorte que la France soit moins seule pour faire la même chose, sinon plus », soulignait mardi dans Le Monde le général Lecointre, en évoquant « la volonté de remplacer une masse de manœuvre française par une force européenne, et ,si possible, par d’autres partenaires africains ».      

08 h 10 – Quel est le thème de l’édition 2021 du défilé militaire à Paris ?

      « Gagner l’avenir  » est le thème de cette édition 2021, en double référence à la bataille sanitaire menée par les Français mais aussi à la nécessaire préparation des armées à « des engagements plus durs, dits de haute intensité, en s’appuyant sur des matériels de haute technologie » , selon le gouverneur militaire de Paris, le général Christophe Abad. Le blindé Griffon, véhicule de transport de troupes de nouvelle génération, défilera pour la première fois. Il doit être prochainement déployé au Sahel.      

07 h 48 – Les troupes en opérations extérieures obligées d’être vaccinées contre le Covid-19

      À l’heure où le virus repart à la hausse en France, le président Emmanuel Macron a mis, lundi 12 juillet, lors de son allocution depuis l’Élysée, la pression sur les non vaccinés : la vaccination des soignants sera désormais obligatoire et un pass sanitaire sera bientôt demandé à l’entrée de la plupart des lieux publics. Pour les militaires, la question est déjà réglée : depuis quelques mois, les troupes françaises envoyées en opérations extérieures sont dans l’obligation de se faire vacciner.      

07 h 31 – Un défilé militaire parisien annulé en 2020

      Après une année sans, Covid-19 oblige, la France renoue donc, mercredi 14 juillet, avec la tradition du défilé militaire à l’occasion de sa fête nationale, mais la prudence restera de mise alors que le pays tente d’éviter une quatrième vague épidémique, en raison de la propagation du très contagieux variant Delta. En 2020, en pleine explosion de la pandémie, le défilé du 14 Juillet avait été annulé. Du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Il avait été remplacé par une cérémonie qui s’était déroulée place de la Concorde.   

07 h 11 – Le feu d’artifice parisien tiré depuis la tour Eiffel

      Dans la soirée, un feu d’artifice sera tiré à partir de 23 heures, depuis la tour Eiffel. Ce spectacle pyrotechnique sera précédé d’un grand concert sur le Champ-de-Mars.

Sur son site, la Ville de Paris précise : « Le 14 juillet, dès 23 heures, la tour Eiffel s’embrasera pour un spectacle pyrotechnique conçu par la société Ruggieri qui clôturera la fête nationale. Son thème : La liberté. Après plus d’un an où le maître-mot a été la distance, ce feu d’artifice signe le retour à la liberté de sortir, de se retrouver et d’échanger. »

En revanche, les traditionnels bals des pompiers sont, pour leur part, annulés      

06 h 55 – À Nice, la commémoration de l’attentat de la promenade des Anglais

      
Dans la cité des Alpes-Maritimes, depuis cinq ans, les festivités du 14 Juillet sont l’occasion de commémorer l’attentat terroriste de la promenade des Anglais. 86 personnes sont décédées le 14 juillet 2016 au soir et 206 blessées, de tous âges et de toutes nationalités, lors de cette attaque au camion bélier. Une violence inouïe « comme un chasse-neige projetant les corps », dira un témoin. Ce 14 juillet 2016, environ 30 000 personnes s’étaient rassemblées sur le front de mer qui borde la baie des Anges pour le traditionnel feu d’artifice.      

06 h 44 – Emmanuel Macron présidera le défilé militaire parisien

      Dans la capitale, comme chaque année, est organisé en ce 14 juillet un défilé militaire, sur les Champs-Élysées. Le chef de l’État présidera ce défilé. Il y assistera aux côtés de son chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, qui cédera sa place une semaine plus tard à l’actuel chef d’état-major de l’armée de Terre, le légionnaire Thierry Burkhard. Le défilé, d’une durée de 2 heures, s’achèvera en musique avec une chorale de 120 jeunes.      

Source : www.lepoint.fr

Société

Brive : le retour du défilé du 14 juillet, le 126ème régiment d’infanterie à l’honneur

Mercredi 14 juillet 2021 à 11:58 – Par Alain GinestetThomas VinclairRébecca-Alexie LangardFrance Bleu Limousin

Brive-la-Gaillarde

Après une organisation réduite à la prise d’armes l’an passé en raison de l’épidémie de Covid-19, la Ville de Brive a renoué cette année avec un défilé du 14 Juillet plus traditionnel.

Majorettes, militaires, pompier, gendarmes...tous ont foulé l'avenue de Paris à Brive en ce 14 juillet plus traditionnel cette année.
Majorettes, militaires, pompier, gendarmes…tous ont foulé l’avenue de Paris à Brive en ce 14 juillet plus traditionnel cette année. © Radio France – Rébecca-Alexie Langard

C’est le retour du traditionnel défilé du 14 juillet à Brive en Corrèze. L’an dernier, la cérémonie avait été organisée de façon réduite avec seulement une prise d’armes en raison de l’épidémie de Covid-19.

Trois sexions du 126 ème Régiment d'infanterie de Brive ont réalisé la prise d'arme avant de rompre les rangs et de former des colonnes pour défiler.
Trois sexions du 126 ème Régiment d’infanterie de Brive ont réalisé la prise d’arme avant de rompre les rangs et de former des colonnes pour défiler. © Radio France – Rébecca-Alexie Langard

Sous la pluie et la grisaille, le rendez-vous a donc de nouveau réuni cette année « l’ensemble des forces militaires et civiles qui concourent au quotidien à assurer la sécurité des Français »Près de 80 unités, les « Bisons », du 126ème régiment d’infanterie ont été mises à l’honneur en tête de cortège. Des blindés ont roulé sur les pavés brivistes. Ces femmes et hommes sont basés dans la Cité gaillarde depuis 114 ans.

Les blindés du 126 ème Régiment d'infanterie.
Les blindés du 126 ème Régiment d’infanterie. © Radio France – Rébecca-Alexie Langard

Dans les rangs de ce défilé, il y a également les jeunes militaires de l’Ecole de gendarmerie de Tulle ainsi que des jeunes de la préparation militaire marine. Les forces de l’ordre étaient aussi représentées avec des fonctionnaires de la police nationale et la police municipale de Brive.

Les sapeurs-pompiers de Corrèze ainsi que du personnel de la protection civile de la Corrèze ont également gonflé les rangs. 

Ecole de gendarmerie de Tulle et sapeurs pompiers ont défilé derrière le 126 ème Régiment d'infanterie.
Ecole de gendarmerie de Tulle et sapeurs pompiers ont défilé derrière le 126 ème Régiment d’infanterie. © Radio France – Rébecca-Alexie Langard
Le traditionnel défilé du 14 juillet s'est déroulé normalement à Brive, petits et grands n'ont pas manqué ce jour de fête nationale.
Le traditionnel défilé du 14 juillet s’est déroulé normalement à Brive, petits et grands n’ont pas manqué ce jour de fête nationale. © Radio France – Rébecca-Alexie Langard

Deux avions Rafale, en provenance du défilé parisien, ont aussi (très) rapidement survolé la zone à la mi-journée, sur le chemin du retour vers leur base de Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Alain Ginestet

France Bleu Limousin

Thomas Vinclair

France Bleu Limousin

Rébecca-Alexie Langard

France Bleu Limousin

Source : www.francebleu.fr

Partagez cet article !