Articles

Le - Le Tréport : le groupe de contact de la gendarmerie assure le suivi des mains courantes

Le Tréport : le groupe de contact de la gendarmerie assure le suivi des mains courantes

Suite à la mise en place du dispositif main courante en 2018, le groupe de contact de la gendarmerie du Tréport (Seine-Maritime) peut prendre en charge la procédure de suivi.

Publié le 17 Août 20 à 17:22

Durant l’été, les gendarmes du groupe de contact ont réglé des différends de voisinage.
Durant l’été, les gendarmes du groupe de contact ont réglé des différends de voisinage. (©DR)

Afin de prendre en compte immédiatement les demandes du public, la gendarmerie a généralisé, depuis le 1er février 2018, le dispositif de main courante. Il s’agit de permettre aux chargés d’accueil de recueillir les déclarations des usagers et de les enregistrer sans formalisme, dès lors que les éléments rapportés ne justifient pas l’ouverture d’une procédure judiciaire.

Ce sont les militaires du groupe de contact qui prennent désormais en compte les mains courantes, une fois recueillies par les chargés d’accueil, lorsque les faits signalés peuvent être de nature à troubler l’ordre public. Ils recontactent les usagers soit téléphoniquement ou en se rendant sur place à leur domicile.

Apaiser une situation en amont

Il s’agit d’apaiser une situation par le dialogue avant qu’elle ne s’aggrave et puisse en arriver à la commission d’une infraction et à l’ouverture d’une enquête.

« On veut montrer aux gens que le dispositif n’est pas mis de côté, souligne l’adjudant Fabien Caudron, du groupe de contact de la gendarmerie du Tréport. Il y a un suivi et ces rapports ne sont pas juste classés ».

En lien avec les municipalités et les partenaires de leur circonscription, les militaires du groupe de contact ont ainsi pu régler des différends de voisinage : aboiements de chiens, nuisances non tolérées faites par des enfants, cultures empiétant sur la propriété voisine, etc.

« C’est une bonne occasion de retourner voir les personnes et de maintenir un contact avec la population », conclut Fabien Caudron.

Par : Augustin Turpin|

Source : actu.fr

Partagez cet article !