Articles

Le - COMMENT LES GENDARMES ONT RETROUVÉ UN CHAUFFARD APRÈS DES MOIS D’ENQUÊTE

« LA DIFFICULTÉ NOUS BOOSTE »: COMMENT LES GENDARMES ONT RETROUVÉ UN CHAUFFARD APRÈS DES MOIS D’ENQUÊTE

Isabelle Gollentz, Alexia Ferré et Elise Philipps Le 15/07/2021 à 8:42

vidéo fmtv

L’hiver dernier, les gendarmes de Meaux ont déployé d’importants moyens pour retrouver la personne à l’origine de la mort d’un cycliste. Une enquête semée d’embûches qui a débuté avec une victime anonyme et un chauffard en fuite.

C’est une mystérieuse affaire qui a mobilisé les gendarmes de la brigade de recherches de Meaux, en Seine-et-Marne, pendant six mois. Par une froide matinée de décembre 2020, le corps sans vie d’un cycliste est retrouvé dans un champ. Tout indique qu’il a été renversé par un chauffard qui a pris la fuite. Mais impossible d’identifier la victime.

Sur l’homme percuté, « pas de pièce d’identité, pas de téléphone. La seule chose qu’on retrouve, c’est une brosse à dents », raconte à BFMTV l’adjudant Grégory.

« C’est cette difficulté qui nous booste », explique le gendarme qui entame avec ses coéquipiers une enquête hors norme. Grâce à la collaboration d’Europol, ’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, la brigade de recherches de Meaux parvient à identifier la victime. Il s’agit d’un Allemand de 45 ans qui était en pélerinage pour sa femme, morte deux ans plus tôt dans les mêmes conditions, elle aussi percutée à vélo.

Faire parler les débris

L’enquête avance doucement pour remonter jusqu’à l’auteur de l’accident qui a laissé derrière lui des indices. Morceaux de carrosserie, éclats de moteur… Les gendarmes tentent de faire parler les débris du véhicule collectés sur la scène de crime. Les scellés sont envoyés à Pontoise pour être analysés dans les locaux de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

« Avec le rayon de courbure, le type de peinture, la forme de l’optique, il y a une signature par maque », indique le capitaine Bruno Silvy, chef du département véhicules de l’IRCGN.

Les experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale ont analysé les débris du véhicule pour remonter jusqu'au propriétaire de la voiture incriminée.
Les experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale ont analysé les débris du véhicule pour remonter jusqu’au propriétaire de la voiture incriminée. © BFMTV

Enquête de terrain

Le verdict tombe: la voiture incriminée est une Clio de couleur brun ardent. Grâce aux inscriptions relevées sur certains débris, les experts parviennent également à déterminer la période de fabrication de la voiture recherchée. S’ensuit alors une enquête de terrain pour retrouver et confondre le propriétaire du véhicule.

Après six mois d’investigations sans relâche, la brigade de Meaux identifie son coupable. L’homme, interpellé à la fin du mois de juin, est un récidiviste. Il a depuis été condamné à 5 ans de prison.Isabelle Gollentz, Alexia Ferré et Elise Philipps

Source : www.bfmtv.com

Partagez cet article !