Articles

Le - Démantèlement d’un trafic d’ecstasy entre les Pays-Bas, la France et la Tunisie

Démantèlement d’un trafic d’ecstasy entre les Pays-Bas, la France et la Tunisie

4 juin 2019 – Par la rédaction

© D.R.

4 juin 2019 – Par la rédactionPrès de deux mois après la saisie de 20 kg d’ecstasy par la douane de Rouen, une opération judiciaire conduite par la section de recherches de Rouen a permis de démanteler un trafic d’ecstasy sévissant entre les Pays-Bas, la France et la Tunisie. Les quatre principaux acteurs de ce réseau ont été interpellés le 27 mai en région parisienne et dix kilos d’ecstasy supplémentaires ont été saisis.

L’affaire débute le 20 mars dernier, quand la douane de Rouen intercepte un véhicule sur l’autoroute A13, à la barrière de péage d’Heudebouville. À son bord, les agents découvrent 20 kg de cachets d’ecstasy et 876 grammes de cocaïne.

Remis à la brigade de recherches de Louviers, dans l’Eure, les deux occupants du véhicule sont écroués à l’issue de leur garde à vue.

Après l’ouverture d’une information judiciaire par le tribunal de grande instance d’Évreux, l’enquête est confiée aux gendarmes de la section de recherches de Rouen (Seine-Maritime).

Leurs investigations révèlent rapidement l’existence d’un réseau spécialisé dans le trafic d’ecstasy en provenance des Pays-Bas et à destination de la France, principalement la région parisienne, ainsi que de la Tunisie.

Le 27 mai au matin, une opération judiciaire, conduite en région parisienne par la section de recherches de Rouen, permet d’interpeller trois membres du réseau à leur retour des Pays-Bas, où ils s’étaient rendus la veille pour se fournir en ecstasy. Les gendarmes saisissent une valise contenant une dizaine de kilos de cachets. Une quatrième personne est interpellée à son domicile en région parisienne.

Présentés au juge d’instruction, puis au juge des libertés et de la détention du tribunal de grande d’instance d’Évreux à l’issue de leur garde à vue, trois des individus ont été placés en détention provisoire et le quatrième sous contrôle judiciaire.

Sourcewww.gendinfo.fr

Partagez cet article !