Articles

Le - Haute-Garonne : les gendarmes voient triple

Haute-Garonne : les gendarmes voient triple

Auteur : Antoine Faure – publié le 15 décembre 2020

La résolution de trois affaires sur la circonscription de la compagnie de Toulouse Saint-Michel a permis l’incarcération de 12 trafiquants et la saisie de plusieurs milliers d’euros de produits stupéfiants. Un beau coup de filet !

Ce sont trois enquêtes, sans lien entre elles, que la Compagnie de gendarmerie départementale (CGD) de Toulouse Saint-Michel (Haute-Garonne) vient de boucler par des opérations judiciaires de grande ampleur, entre le 4 novembre et le 8 décembre, qui ont engagé plus d’une centaine de militaires.

Ces trois affaires avaient été initiées en application d’une des priorités fixées par le parquet de Toulouse et le général commandant la région de gendarmerie d’Occitanie et le groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne, à savoir la lutte contre le trafic de stupéfiants. La compagnie de Toulouse Saint-Michel a donc cherché à identifier des trafics sur sa circonscription, par l’action des gendarmes des brigades locales de la compagnie, dans le cadre de leurs patrouilles de surveillance quotidiennes. 

Les militaires ont d’abord mené une action offensive à l’encontre du consommateur sur la voie publique, et notamment, depuis le 1er septembre 2020, par les amendes forfaitaires délictuelles dressées par les unités de terrain. Cette action a permis de déceler des trafics en zone gendarmerie, mais aussi en zone police, et d’aller les démanteler à la source.

Surveillances physiques et techniques dans la cité de La Gloire

La première affaire commence en décembre 2019 par le simple contrôle d’un consommateur de stupéfiants par une patrouille de la brigade de L’Union. Lors de son audition, il révèle l’existence d’un trafic de stupéfiants de type « ubershit » (livraison à domicile), sur la périphérie toulousaine. Sous l’autorité du parquet de Toulouse, une enquête préliminaire est ouverte et menée de bout en bout par la brigade de L’Union : surveillances, auditions de consommateurs et écoutes téléphoniques permettent de mettre à jour ce trafic. Les quatre auteurs principaux sont identifiés, mais l’interpellation prévue est reportée en raison du confinement de mars 2020.

Au mois d’août 2019, deux gendarmes de la brigade de Balma obtiennent par un commerçant un renseignement sur un individu suspect se livrant à du trafic à proximité du métro Balma-Gramont. Les surveillances mises en place par la brigade permettent d’ouvrir une enquête préliminaire et de déceler un trafic actif qui remonterait sur la cité toulousaine de La Gloire, proche de Balma, et connue pour être le lieu du trafic d’héroïne sur la région. C’est donc la Brigade de recherches (B.R.) de Toulouse Saint-Michel qui reprend cette enquête complexe. Les surveillances physiques et techniques dans la cité, malgré la difficulté due à la configuration des lieux et à l’organisation des délinquants, permettent de matérialiser les éléments constitutifs du trafic. Une information judiciaire est ouverte en janvier 2020. 

La troisième enquête débute par un banal contrôle routier de nuit, un soir de janvier 2020, par le Groupe nuit de surveillance et d’intervention (GNSI) de la brigade de L’Union. Le véhicule s’enfuit, et les deux occupants sont finalement interpellés en possession de plusieurs kilogrammes d’herbe de cannabis. À partir de cette affaire, sous commission rogatoire, la B.R. de Toulouse Saint-Michel va mener un travail d’enquête et réussir à identifier un trafic de stupéfiants sur la commune de Saint-Jory.

Cocaïne, cannabis, héroïne, ecstasy et kétamine

Au terme des investigations dans ces trois dossiers, trois opérations judiciaires, engageant plus d’une centaine de militaires, vont conduire à l’interpellation simultanée de 18 cibles à Toulouse, sur le ressort de la compagnie, ainsi que dans les départements limitrophes du Tarn et du Tarn-et-Garonne.  

Quinze individus ont été mis en examen et douze incarcérés. Les perquisitions ont notamment permis la saisie de 61 000 euros en liquide et de plusieurs milliers d’euros de produits stupéfiants : 500 grammes de cocaïne, 11 kilogrammes d’herbe de cannabis, 1,3 kilogramme de résine de cannabis, 120 grammes d’héroïne, 94 comprimés d’ecstasy, 17 sachets de kétamine. Des armes ont également été saisies, dont un canon scié et un fusil à lunette avec silencieux. Le bouclage de ces dossiers a aussi permis de résoudre deux affaires incidentes de vol. 

La compagnie de Toulouse Saint-Michel se félicite que la présence 24h/24 de patrouilles de gendarmerie sur le terrain et l’excellent contact avec la population, aient permis à ces affaires de voir le jour. Elle souligne le travail remarquable, à tous niveaux, des brigadiers en service quotidien, mais aussi, pour les enquêtes initiées, l’acharnement et l’action offensive de la B.R. de Toulouse Saint-Michel, ainsi que le professionnalisme et l’efficacité de toutes les unités d’intervention (pelotons de surveillance et d’intervention de la Haute-Garonne et de la gendarmerie des transports aériens de Toulouse, équipes cynophiles de la région d’Occitanie, gendarmes mobiles de Saint-Gaudens et Toulouse).

Source : www.gendinfo.fr

Partagez cet article !