Articles

Le - La Gendarmerie veut doper sa visibilité et défendre ses marques

03.01.2019

La Gendarmerie veut doper sa visibilité et défendre ses marques.

De la visibilité

La Gendarmerie nationale a décidé d’initier le développement d’une stratégie visant à défendre ses marques et son image, à accroître son rayonnement tant au niveau national qu’international et à développer ses recettes via la commercialisation de produits dérivés.

Un avis de marché a été mis en ligne le 3 janvier, détaillant les quatre objectifs qui seront confiés à un agent de licences:

Accroître la visibilité de la Gendarmerie nationale et faire des Produits dérivés un vecteur de son image 
La Gendarmerie nationale souhaite développer la proximité et le contact avec la population par la commercialisation de Produits dérivés. Les Produits permettront à la Gendarmerie nationale de se distinguer des autres corps de métier assurant le maintien de la paix (notamment la Police nationale), de mettre en avant ses spécificités et d’affirmer sa place entre modernité et tradition. C’est également l’occasion de favoriser la connaissance par le public du lien entre la Gendarmerie nationale et ses composantes (Garde républicaine et GIGN notamment) et de développer le potentiel de rayonnement de ces marques.
L’accroissement de la visibilité de la marque passe également par un élargissement des cibles. La Gendarmerie nationale souhaite notamment toucher les jeunes de façon cohérente avec les enjeux de recrutement et de développement de la marque-employeur. 

Protéger le patrimoine immatériel de la Gendarmerie nationale 
La Gendarmerie nationale entend protéger et valoriser les marques emblématiques que sont le GIGN, la Garde républicaine et la Gendarmerie nationale elle-même. Actuellement, des tiers utilisent sans autorisation l’image de ces marques, en contradiction avec l’exigence de qualité et les valeurs de la Gendarmerie nationale. Un travail d’enquête et de poursuites a été initié afin de faire cesser ces troubles, mais cette action doit être renforcée par une logique plus offensive d’exploitation des marques de la Gendarmerie nationale. 

Donner de la cohérence aux Produits développés 
Aujourd’hui, les actions de développement des différentes marques sont effectuées de manière diffuse, sans stratégie d’ensemble. Il est important de centraliser et de professionnaliser ces démarches afin de mieux les contrôler, d’assurer la cohérence entre les différentes marques de la Gendarmerie nationale et de sécuriser d’un point de vue juridique les process. 

Développer des licences pour générer des recettes 
La contractualisation des accords de licence y compris de co-branding et la vente directe des Produits dérivés via le site Internet ont également pour but d’accroître les recettes propres de la Gendarmerie nationale. Ces recettes sont destinées à devenir une nouvelle source de financement annexe de la Gendarmerie nationale et sont donc un aspect à prendre en compte par le Titulaire.

Au développement des trois marques: Gendarmerie, GIGN (« l’objectif est d’entretenir le mythe du GIGN tout en créant davantage de proximité », dit l’appel d’offres) et Garde républicaine, pourra s’ajouter le développement d’autres marques comme le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne, le Musée de la Gendarmerie nationale, le Groupement blindé de la Gendarmerie nationale, l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale…

Sourcelignesdedefense.blogs.ouest-france.fr

Partagez cet article !