Articles

Le - Orne. Après avoir tiré 80 fois sur les gendarmes, il est incarcéré

Orne. Après avoir tiré 80 fois sur les gendarmes, il est incarcéré

Un véhicule de gendarmerie criblé d’impacts de balles lors de l’intervention à Neuville-près-Sées.

Un véhicule de gendarmerie criblé d’impacts de balles lors de l’intervention à Neuville-près-Sées. | GENDARMERIE DE L’ORNE

Vendredi, près de Sées (Orne), après s’être retranché toute une nuit, un homme de 43 ans a été interpellé par le GIGN. À l’issue de sa garde à vue, il a été mis en examen pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique.

Samedi 20 avril, un Ornais de 43 ans a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

 

Rapide retour sur l’événement survenu dans la nuit de jeudi à vendredi qui a mis en avant le courage et les qualités professionnelles de nombreux gendarmes ornais.

Jeudi vers 23 heures, alors qu’elles rentraient à peine d’une première intervention pour des violences intra-familliales sur fond d’alcool, les patrouilles de Sées et de Mortrée sont appelées pour de nouveaux faits similaires.

Ayant évoqué à la radio la sensibilité particulière de l’intervention, en raison des antécédents de l’habitant, les 2 patrouilles ont été spontanément rejointes par deux patrouilles du peloton motorisé de Sées et de la communauté de brigades d’Argentan.
Ce que n’avaient pas pu prévoir les 9 gendarmes, c’est qu’ils seraient accueillis par un déluge de coups de feu dirigés contre eux et mettant directement leur vie en péril. Rapidement renforcés par un premier élément du peloton d’intervention et de surveillance d’Argentan et le commandant de compagnie d’Argentan en second, l’ensemble des militaires a dû faire face à une violence extrême, durant de longues minutes en attendant l’arrivée des autres renforts.

Brigade territoriale locale, pelotons de surveillance et d’intervention de Mortagne, Domfront, Argentan, négociateurs de crise de Caen et de Bellême, brigade de recherches d’Argentan, section de recherches de Caen, techniciens en identification criminelle d’Alençon, ce sont au final une quarantaine de militaires, appuyés par des éléments des pompiers de Sées et d’Alençon, qui se sont mobilisés pour sécuriser les lieux, interdire toute fuite du forcené susceptible de mettre en danger la population, protéger le voisinage immédiat et préparer l’intervention du GIGN.

A leur arrivée, ces derniers ont entamé une dangereuse progression pour se rapprocher au plus près de la maison et être en mesure de mener des négociations, voire d’intervenir immédiatement en cas d’atteinte au bébé de 7 mois qui était resté dans la maison.

Le dénouement est intervenu peu avant 8h.00, sans violence et sans qu’aucun blessé grave ne soit à déplorer.

Cette affaire illustre parfaitement le courage et l’abnégation qui animent chaque jour, chaque nuit, les nombreux gendarmes appelés à intervenir en tout point du territoire pour protéger les victimes et faire cesser des violences qui trop souvent se retournent contre eux.

16 gendarmes ont été blessés en service dans l’Orne en 2018 pour vous protéger.

L’image contient peut-être : voiture, ciel, plein air et nature
L’image contient peut-être : une personne ou plus
Partagez cet article !