Articles

Le - Un gendarme fait usage de son arme pour mettre fin à une course-poursuite de 60 km entre Soissons et Saint-Quentin

Un gendarme fait usage de son arme pour mettre fin à une course-poursuite de 60 km entre Soissons et Saint-Quentin

Une expertise psychiatrique doit être menée pour déterminer si la suspecte est responsable de ses actes.RéagirMis en ligne le 26/06/2020 à 14:37

 par Yoann Roche

Un des motards a dû faire usage de son arme après une course-poursuite de 60 kilomètres.
Un des motards a dû faire usage de son arme après une course-poursuite de 60 kilomètres.

Rompus à l’exercice de la course-poursuite, les gendarmes du peloton motorisé de Soissons ont eu fort à faire ce mardi 23 juin. Il est autour de 22 h 30 lorsque les militaires sont alertés par la vitesse excessive d’une automobiliste à Cuisy-en-Almont. Les motards tentent alors de contrôler le véhicule mais la suspecte refuse d’obtempérer et file à vive allure en direction de Soissons en multipliant les infractions au code de la route. Fermement décidée à semer les motards, la conductrice tente à plusieurs reprises de les percuter quand ces derniers se portent à sa hauteur pour l’intercepter.

Un gendarme tire sur le pneu mais l’automobiliste continue de fuir sur la jante

C’est dans ces conditions particulièrement dangereuses que la course-poursuite se prolonge jusque dans le Saint-Quentinois, précisément à Grugies où les militaires n’ont eu d’autre choix que d’employer la méthode forte. « L’un des motards a fait usage de son arme en visant le pneu arrière du véhicule, lequel continuait malgré tout en roulant sur la jante », précisé Cédric Logelin, procureur de la République de Saint-Quentin.

Lire aussiÀ Guise, il renverse une retraitée à vélo devant les gendarmes avant de prendre la fuite

La conductrice finit toutefois à perdre le contrôle et achève sa course dans un champ de blé après avoir fait un tête-à-queue. Elle est finalement maîtrisée par les gendarmes après être sortie de son véhicule en brandissant un couteau sans en faire usage.

Jugée irresponsable en 2019

Blessée à la suite de la sortie de route, la suspecte âgée de 50 ans a été hospitalisée et n’a pu être entendue. Elle fait l’objet d’une enquête diligentée par la brigade de recherches de Saint-Quentin du chef de refus par le conducteur d’un véhicule d’obtempérer à une sommation de s’arrêter dans des circonstances exposant directement autrui à un risque de mort ou d’infirmité et violence avec arme sur dépositaire de l’autorité publique.

En attendant, une expertise psychiatrique sera sollicitée en raison des antécédents de la mise en cause. Sans casier judiciaire, la quinquagénaire avait toutefois fait l’objet d’une procédure classée sans suite en 2019 pour cause d’irresponsabilité en raison d’un trouble psychique.

Source : www.aisnenouvelle.fr

Partagez cet article !