Articles

Le - L’AAMFG inaugure son bureau de Rennes (35) – Intervention Virginie RODRIGUEZ.

Le 25 Janvier 2013 – Intervention de Virginie RODRIGUEZ, déléguée de la Région Bretagne de l’AAMFG à l’occasion de l’inauguration du bureau de RENNES.

Monsieur le préfet de Région Bretagne,  préfet de la zone de défense et de sécurité Ouest,

Madame la députée,

Madame la conseillère générale,

Messieurs les commandants de régions

Messieurs les officiers et sous-officiers,

Messieurs les présidents d’associations,

Mesdames, messieurs,

Mes chers amis,

Je ne vous cache pas que j’ai longuement réfléchi au contenu de ce discours car je le voulais empli de reconnaissance, de réalités, de vérités, qu’il puisse vous faire toucher du doigt (petit clin d’œil à ma présidente) l’essence même de l’AAMFG et nous amène à penser que « là où il y a une volonté, il y a un chemin ».

Je le voulais en premier lieu, reconnaissant :

–          Reconnaissant, de l’honneur que vous nous faites de votre présence, avec des remerciements appuyés  pour les autorités présentes, qui montre, une fois de plus, leur soutien indéfectible aux hommes et femmes qui composent notre institution. Je profite de cette occasion pour leur exprimer ma gratitude tant pour leur écoute attentive que  leurs interventions efficaces dans différents dossiers de l’AMFG que je leur avais soumis.

–          Reconnaissant, de l’action engagée par le Général GIORGIS dans la réfection des huisseries des logements familles de notre caserne qui attendait depuis plus de 10 ans que le processus de délabrement cesse enfin. Contrairement à d’autres qui parlent, qui parlent … jusqu’à ce qu’ils aient quelque chose à dire, le Général GIORGIS, lui, ne se contente pas de dire ce qu’il fait,…, il fait ce qu’il dit !

En ces temps de disette budgétaire, où l’investissement immobilier joue de façon récurrente le rôle de variable d’ajustement, il n’est pas simple de faire ce choix mais il a permis sans nul doute d’éviter le pire. Grâce à cette prise de position et à l’investissement du Chef d’Etat Major, le Colonel LE THUILLIER et de ses personnels que je remercie infiniment, nous pouvons sans risques pour nous et nos enfants jouir d’une fenêtre de salle de bain digne de ce nom.  Même si la simple vue de  nos bâtiments suffit à elle seule à saisir l’importance du chantier restant à réaliser, il a au moins le mérite d’avoir été amorcé.

–          Reconnaissant surtout, de l’écoute attentive de chaque personnel que j’ai pu solliciter  et de la gestion bienveillante des dossiers de l’association par les officiers, sous officiers ou par les personnels civils, tous soucieux du bien-être des gendarmes et de leur famille.

Je le voulais également transparent de réalités  et de vérités :

L’essence de l’AAMFG pourrait se résumer par la formule sacrée du positivisme :

« L’amour pour principe, la force pour  base et le progrès pour but »

–          L’amour pour principe c’est l’amour  des autres, celui qui me pousse, qui nous pousse à aider ceux qui ne trouvent plus d’issue à leur souffrance, ceux qui subissent  sans pouvoir agir, ceux pour qui la fatalité devient l’exécutoire de leur condition.

Nous ne sommes pas psychologues, assistantes sociales, gestionnaires ou décisionnaires, nous n’avons pas non plus la prétention d’être la voie ou la voix, mais simplement l’écho d’une souffrance ou d’une injustice, un vecteur efficace pour amener la solution au problème.

La Gendarmerie est une grande famille, un ensemble d’hommes et de femmes qui véhiculent des valeurs, dont l’efficience et l’abnégation n’est plus à prouver. Ces hommes et femmes méritants, qui garantissent l’ordre public et assurent la sécurité de chaque citoyen, doivent pouvoir le faire dans les meilleures conditions.

–          La force pour base, celle de notre conviction ! La force de l’Association, c’est aussi sa capacité à mobiliser, fédérer, sensibiliser les autorités sur les problèmes quotidiens des gendarmes et intervenir aux cotés des familles lorsque cela le nécessite.

–          Enfin, le progrès pour but. On compare souvent  la gendarmerie a une vieille dame, certes digne, dévouée et protectrice mais assez réfractaire aux changements. Cependant, beaucoup d’évolutions sont à constater ! En premier lieu, cette inauguration n’aurait jamais pu se faire il y a, à peine 15 ans, la chaîne de concertation n’aurait jamais vu le jour, la prise en compte des risques psychosociaux n’auraient pas été aujourd’hui une des principales préoccupations de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale et de ses régions.

Certes, l’institution évolue moins vite que notre société, mais ne faut-il pas voir dans cette lenteur une certaine sagesse, permettant l’écoute et le recul approprié pour la prise de la décision la plus adaptée ? Comptez sur nous pour l’aider et l’accompagner dans cette voie.

Je le voulais enfin, porteur d’espoir :

–          L’espoir que l’on se penche afin sur la problématique des logements insalubres    en Gendarmerie. Que l’atout de réactivité et de disponibilité qu’induit le logement par nécessité de service ne soit plus vécu au quotidien pour des centaines de familles comme un fardeau, une source de mal être et d’insécurité.

–          Lorsqu’un personnel sait que sa famille est en sécurité il part au travail l’esprit tranquille, il peut se concentrer sur son cœur de métier.  La performance, l’efficience du personnel passe par cette tranquillité de l’esprit, et le bien-être d’une famille passe par son cadre de vie.

Je finirai ce discours par une phrase de Saint Exupéry : « Dans la vie, il n’y a pas de solutions, il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions suivent. »

Merci à tous.

Partagez cet article !